top of page
  • Photo du rédacteurAlain Mihelic

Migration vers, et depuis la Russie

Dernière mise à jour : 24 mars

L’image d’une société fermée et d’un pays cadenassé tel qu’il était sous le système communiste, a faussé notre perception de la Russie actuelle, qui est encore vue en France, comme un pays énigmatique fermé et pour le moins peu accessible à l’immigration.


La réalité est fort différente. Tentons d’en brosser un petit tableau.


En 2013 pour l’OCDE la Russie a été la 2eme terre d’immigration au monde, derrière les USA.

Les raisons en sont multiples, mais la principale réside dans la tradition née paradoxalement sous l’époque Soviétique, de brassage des populations des différentes républiques : les mouvements migratoires internes sont devenus des mouvements inter nationaux, et pour la plus grande part à 84,4%, en provenance des anciennes républiques attachées à l’URSS.


Cette tendance a été accrue par les difficultés économiques et politiques affectant les pays qui formaient le sud de L’URSS. A contrario, le boom économique de la Russie à partir des années 2005 a créé un fort appel de main d’œuvre.


Les statistiques récentes nous donnent la situation suivante :


Les USA comptaient en 2022, 50 millions d'immigrants, suivis de l'Allemagne - 15 millions, de l'Arabie saoudite - 13 millions, de la Russie - 12 millions, de la Grande-Bretagne et des Émirats arabes unis - 9 millions chacun, de l'Inde - 5 millions, de la Chine - 1 million.



Historique des Flux migratoires :


Début 1989, l’ouverture des frontières, voulue par Gorbatchev, a provoqué une hémorragie migratoire de Russes, vers l’Europe et les États-Unis et Israël. En 10 ans c’est presque 5 millions de personnes qui ont quitté le pays.



Mais cette perte a été compensée d’abord par l’arrivée en masse de :


  • De Russes en provenance des pays nouvellement indépendants (immigration dite des « Pieds Rouges »)

  • D’Ukrainiens

  • D’Arméniens


Ces populations ont constitué une première vague de migrants.


Puis cette vague fut suivie d’une seconde onde formée de ressortissants des pays du sud de l’ex-URSS.

Russie, Immigratiom, Flux Migratoires, Demographie de la Russie

Mouvements Migratoires vers la Russie de 1990-2015 en milliers



flux migratoires, immigration

Détail des Flux Migratoires


En moyenne, 300 000 immigrés légaux entrent dans le pays chaque année, dont environ la moitié est composée de Russes ethniques arrivant des autres républiques de l'ancienne Union soviétique.


Les « Pieds Rouges », ces Russes de l’ex-URSS vivant hors de la Russie, étaient estimés à 25 millions à la fin des années 80. Au moment de la dislocation de l’empire, ils ne sont pas tous rentrés en Russie, et c’est près de 17 millions de ces russes, qui sont restés dans les nouveaux états indépendants. En Ukraine ils sont environ 8 millions, au Kazakhstan 4,5 millions, en Biélorussie 1,2 million, dans les pays Baltes 1 million, en Ouzbékistan 800.000, au Kirgystan 500.000 et au Tadjikistan 400.000.

Ces ressortissants Russes sont restés dans ces pays pour plusieurs raisons : une stabilisation de leur statut dans leurs pays de résidence et sans doute une amélioration économique de la situation de ces pays, ainsi que de leurs relations avec la Russie.



Evolution de la Démographie :


Ce chapitre fera l’objet d’un article à Venir

Immigratiom, Flux Migratoires, Demographie de la Russie

Évolution Démographique de la Russie


En 1991 fin de l’URSS

En rouge les décès

En Bleu évolution des Naissances

En Vert Accroissement Net réel


Immigratiom, Flux Migratoires, Demographie de la Russie, equilibre demographique

Déséquilibre démographique


L'Appel à la Main d'Oeuvre Exterieure


Dans les années 2000, l’accélération de l‘effondrement démographique s’est couplé à une forte croissance économique qui a créé un appel d’air migratoire sans précédent, de Russes de l’extérieur, de Russophones de la CEI mais aussi une immigration internationale, venue d’Europe, d’Asie, d’Amérique, et également du proche Orient et d’Afrique.


L’étude de ces flux migratoires permet d’imaginer des scénarios migratoires pour la Russie de 2010 à 2030, et d'evaluer les problématiques auxquelles le pays devra faire face.


Dès 1995 et jusqu’à 2005, l’émigration a diminué et l’immigration légale également.


Immigration legale, immigration

Immigration de 1980 à 2007


Ainsi, de 1990 à 2008, l’immigration en Russie de ressortissants de pays étrangers a atteint 5.347.027 personnes. Tous ne sont pas restés, 4.168.980 sont toujours en Russie, soit 75%. Cela correspond à un apport net moyen de 231.610 personnes / an, sur cette période.

Puis, dès 2005, alors que l’émigration a continué à baisser, l’immigration légale elle, a recommencé à augmenter.

emigration, Immigratiom, Flux Migratoires,

Migrations de 1997 à 2022


D’où vient cette immigration ?


Ces migrants viennent à 98% des pays de la CEI comme on peut le voir dans le graphique ci-dessous.

Par exemple, l’apport net pour l’année 2009 est réparti de la façon suivante : 241.200 ressortissants en provenance de la CEI et 6.300 du reste du monde.

On peut aussi constater que si 90% des ressortissants de la CEI « restent » (au moins un an) en Russie, ce taux n’est que de 30% pour les migrants du reste du monde.



Le gros de l’immigration est donc une population Russophone, issue de l’ex-espace Soviétique. Le graphique ci-dessous donne une estimation de l’évolution des migrants sur 15 ans, selon leur provenance : le Kazakhstan, l’Asie centrale, les pays Baltes, la Transcaucasie et la zone Européenne (Ukraine, Biélorussie, Moldavie).



On peut voir que de 1992 à 1998, cet apport migratoire vient donc du Kazakhstan et d‘Ukraine, et dans une moindre mesure de l’Ouzbékistan et de la Kirghizie.


Depuis 2006 l’Ukraine devenue est le principal pays « fournisseur d’immigrés », devant le Kazakhstan et l’Arménie.

Immigratiom, Flux Migratoires, Migration par pays, Demographie de la Russie

Estimation de l’évolution des migrants sur 15 ans


Cette structure de l’immigration évolue néanmoins.

En 2003, la part de Russes ethniques était de 65%, et de Slaves (incluant l’Ukraine et la Biélorussie) de 72%.

En 2007, la part de Slaves est tombée à 50%, la part de ressortissants du Caucase a augmenté de 9 à 21%, et d’Asie centrale de 4 à 14%.


Migration, Immigratiom, Flux Migratoires, Demographie de la Russie, migration illegale, clandestin, maind'oeuvre

Emportés par la Foule


Autres caractéristiques de cette immigration :

si on considère l’analyse des migrants, de 2002 à 2007, selon leur(s) nationalité(s), on voit que :

  • Plus de 65% ont la nationalité Russe,

  • Près de 15% ont la nationalité Russe « et » une seconde nationalité probablement du pays de résidence,

  • Près de 20% ont une nationalité de la CEI.



Des chiffres plus récents du premier semestre 2023 donnent le tableau suivant :


En Russie aujourd’hui, la part totale des migrants est de 8 % de la population, soit 12 millions de personnes, et ce chiffre est stable depuis les années 1990.


Les habitants de l'Ukraine, de la Moldavie et de la Biélorussie se sont partiellement réorientés vers l'Ouest (Europe USA), de sorte que le principal flux vers le pays provient des pays d'Asie centrale.


Immigratiom, Demographie de la Russie

Chiffres des entrées correspondant au 1er semestre 2023


Dans cet Ordre : Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan, Kazakhstan, Biélorussie, Arménie, Azerbaïdjan, Chine, Ukraine, Moldavie, Turquie, Turkménistan, Inde, Egypte, Iran, Allemagne.



L’immigration clandestine, estimations


A ce chiffre, de 12 millions d’entrées officielles, il convient d’ajouter l’Immigration Clandestine.


Aujourd’hui, la Russie a une population de 146 millions d’habitants, mais qui pourrait être en réalité plus proche de 160 millions, en ajoutant l’immigration clandestine.


Dixit : Vladimir Poutine – Agence de presse «Novosti», décembre 2006


« Le nombre de migrants illégaux en Russie pourrait atteindre le chiffre de 15 millions. C’est plus qu’en Amérique et en Europe prises ensembles »



Quelques chiffres avant de poursuivre :

– 1,74 million : le nombre de citoyens étrangers officiellement enregistrés à Moscou en 2006.

– Pres de 2.000.000 : le nombre d’immigrés illégaux dans la capitale, Moscou en 2008.

– 1,3 million de permis de travail ont été attribués à des étrangers en 2010 en Russie. Leur nombre était de 3,9 millions sur 2009 mais la crise a fait baisser le nombre d’attributions.


La Russie semble se diriger vers une immigration « choisie » et de « qualité » en cherchant à faciliter les conditions d’immigrations des étrangers qualifiés.


Ces 15 millions de clandestins sont surtout concentrés dans des postes de moyenne et basse qualification.


De 2000 à 2007, le ratio entre travailleurs immigrés Réguliers et clandestins tend cependant à s’améliorer :

Migration, Immigratiom, Flux Migratoires, Demographie de la Russie, migration illegale, clandestin

Ratio Réguliers et Clandestins


car le nombre de travailleurs étrangers réguliers en Russie augmente considérablement :



immigration legale, migration

Nombre de Travailleurs Etrangers Réguliers


Sur une estimation de 2006 de 7 millions d’étrangers :1/3 sont en règle, 50% ont le droit de séjour mais travaillent sans autorisation et 20% sont en totale irrégularité.



La projection en ratio de salaires ci-dessous, illustre bien l’aspect économique de l’immigration, pour le même travail, un travailleur Ukrainien coûte 1/3 de moins qu’un Russe, un Moldave 2 fois moins, et un travailleur d’Asie centrale 3 fois moins.


Nota : Chiffres relatifs de 2015



migration illegale, clandestin, salaires, maind'oeuvre

Projection en Ratio de Salaires


La Russie est confrontée, à cause d’une faible natalité, a un déficit de population en âge de travailler pour accompagner le développement économique. Et l’une des réponses est l’aide sociale, l’autre : l’immigration plus ou moins contrôlée.

Un cadre juridique a été établi en 2012 définissant la politique migratoire du pays.

Aujourd’hui, 2 types de documents officialisent une immigration :

  • la Licence de travail (qui permet de travailler chez des personnes Physiques ou Morales), ou

  • le Permis de Travail.

La Licence autorise à exercer un travail pendant 1 an, et en 2015 plus de deux millions cinq cent mille personnes ont obtenu cette licence. Cette licence a un cout mensuel de 5000 Rbs (pour la Région de Moscou).

À noter que les ressortissants des pays membres de l’Union Douanière (Kazakhstan, Biélorussie, Arménie, Kirghizstan) sont exemptés de ces documents.


Le cas des Ukrainiens : entre 2014 et 2020, plus d’un million d’Ukrainiens ont obtenu soit le titre de refugié temporaire, soit une licence de travail. La situation présente, postérieure a 2021, par l’octroi plus large de passeport Russe devrait modifier largement ces données avec l’afflux de 2 millions de personnes supplémentaires.

Ces chiffes ne tiennent pas compte de l’arrivée des territoires nouveaux au sein de la nation Russe.


Situation du Chômage :

Les chiffres de 2015 : 5,9 %, avec déficit dans plusieurs secteurs clefs de pointe.

Ce chiffre est tombé à 3,5% en 2023, soit un plein emploi.



Orientations Futures :


Le futur dépend des choix économiques qui seront décidés par le pays. Soit de :

  • rester orienté vers les ressources naturelles et leur exploitation, auquel cas les besoins en main-d’œuvre permanente et hautement qualifiée seront négligeables


  • favoriser une industrialisation vers les productions traditionnelles mais aussi de pointe, avec dans cette option de grands besoins en personnel de moyenne et haute spécialisation, installés en longue durée ou en permanents.


  • développer l’innovation et les techniques de l’information et services impliquant un effort de formation au niveau des écoles ainsi que l’appel à des cadres étrangers très qualifiés.

Ce sont ces 2 dernières options qui semblent avoir été choisies, avec en plus le développement d’investissements de la Russie vers les pays de la sphère proche tel Kazakhstan et Ouzbékistan, pour trouver sur place la Main d’œuvre qui lui manque en interne.


Des programmes d'adaptation et d'intégration des migrants sont nécessaires et sont en cours de développement et mise en œuvre au niveau de l'État.


La majorité des Migrants sont russophones, ou tout au moins ont des bases, le moyen le plus simple de s’intégrer est l’accès pour tous à l’éducation préscolaire et scolaire. Pour que cela soit accessible, les enfants qui ne parlent pas russe doivent l’apprendre sans tarder. Dans les écoles, des classes spéciales pourraient être créées à cet effet.


Cette partie est inspirée de Lioubov Bisson : « Politique de l’immigration en Russie : nouveaux enjeux et outils ». Think tank : IFRI, Centre Russie/NEI

ifri 27 rue de la Procession

75740 Paris

33 1 40 61 60 60



Autres Statistiques :


La population active est 75,4 millions, les travailleurs étrangers en représentent donc un peu plus de 2 %. En France, pour une population active plus de deux fois moindre, la part des travailleurs étrangers est de 6,6%.


Immigration, migration, flux migratoires

Migrations Wikiwand


Permis de Séjour et de Travail :

Wiki :

Obtention d'un permis de séjour temporaire

" En vertu de la loi actuelle, on peut recevoir la citoyenneté russe après cinq ans de résidence et après avoir réussi un examen de langue russe.

L'immigration joue un rôle important dans les processus démographiques russes modernes, expliquant l'augmentation de la population à partir de 2011.

La Russie maintient l'une des politiques d'immigration les plus libérales au monde : quiconque travaille en Russie pendant cinq ans et maîtrise la langue russe peut devenir citoyen, à condition qu'il n'ait commis aucun crime. Presque toute personne embauchée par une entreprise russe peut rester dans le pays et travailler indéfiniment. Cela reflète un changement de politique, en réponse à la baisse des taux de natalité, de la part du gouvernement, par rapport à la politique plus restrictive adoptée après la Dissolution de l'Union soviétique en 1991.

Les locuteurs natifs de langue russe, les personnes mariées à des citoyens russes, les spécialistes hautement qualifiés, les hommes d'affaires et les réfugiés peuvent bénéficier d'une procédure d'immigration simplifiée. Il permet d'obtenir la citoyenneté en 3 ans (au lieu de 5 selon la procédure standard) ou parfois de sauter l’étape de la résidence temporaire ou permanente ".



Pour l’Anecdote :


24 sept. 2018,

À Ekaterinbourg, le tribunal a prononcé une peine contre un homme qui a prescrit dans un appartement de 16 mètres carrés plus de 9,2 mille migrants. Ce résident de la capitale de l'Oural a été reconnu coupable d'enregistrement fictif de citoyens étrangers et condamné à une amende de 400 000 roubles, (env 4000 euros) rapporte Rossiyskaya Gazeta.

Ce citoyen d'Ekaterinbourg s'est engagé dans l'enregistrement fictif des immigrants illégaux d'octobre 2015 à avril 2018. Le coût de l'inscription dans son "odnushka" (appart 1 pièce), variait de 1,5 mille roubles et jusqu'à 5 mille roubles (env. 50 euros)

À l'été 2016, un homme a enregistré 60 personnes dans son appartement en une semaine, ce qui a attiré l'attention de la police, indique l'article. Une loi sur les appartements "en caoutchouc" a été adoptée en décembre 2013 : pour l'enregistrement fictif d'un citoyen étranger, des amendes sérieuses sont prévues.



Pour les nombreux candidats au tourisme et à l'expatriation vers la Russie, ou pour simplement compléter votre initiation au monde Russe et à sa langue, je vous conseille le site suivant :




Pour bénéficier de 10% de remise, Utilisez le Code promo : culture-russe10



Sources de l'article :


chrome-extension://efaidnbmnnnibpcajpcglclefindmkaj/https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/ifri_rnv_91_lioubov_bisson_fra_janvier_2016_protege.pdf


Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page