top of page
  • Photo du rédacteurAlain Mihelic

La Saga Héroïque de Tchumakov : La Quête contre la Poliomyélite

Dernière mise à jour : 11 avr.


Pas Banal : Il a découvert le Virus de l'Encéphalite a Tique et a sauvé l'humanité de la Polio

Il y a près de soixante-dix ans, le monde était plongé dans une terreur comparable à celle que suscite aujourd'hui la pandémie de Covid.


La différence étant que là c’était du naturel et de l’inconnu et vraiment mortel et handicapant.


Les pays les plus développés ont été attaqués par une maladie des plus dangereuses - la poliomyélite, dont le taux de mortalité variait entre 10 à 20 % des sujets atteints. De plus, la moitié de ceux qui étaient malades restaient paralysés. Du lourd comparé à la mortalité 1/1000 de la pseudo pandémie actuelle.


Les Dégâts de la Polio sur les Enfants

Les Dégâts de la Polio sur les Enfants


Au milieu des années 1950, l'épidémie de poliomyélite tournait à la catastrophe mondiale. Les gens évitaient tout contact et les parents ne laissaient plus leurs enfants sortir des maisons. Les piscines, parcs et autres lieux publics restaient fermés.

Aux États-Unis, rien qu'à New York, 2 000 personnes en sont mortes, et dans tout le pays, on comptait environ 6 000 décès. Plusieurs milliers d'autres sont restées handicapées en raison de lésions de la moelle épinière et de pathologies du système nerveux.


Atteint par la Poliomyelite, le président Franklin Roosevelt en fauteuil roulant

En 1921, le futur président Franklin Roosevelt en fauteuil roulant .


À la fin des années 1940, le virus invalidait environ 35 000 personnes par an dans le monde et, en 1952, ce chiffre est passé à 57 000 cas.


Devant l’ampleur du désastre en devenir, tous les yeux se sont tournés vers les scientifiques et les médecins : « trouvez nous un vaccin ! ».


Ça vous rappelle quelque chose ?


La planète entière les a regardés avec espoir car en ce temps-là on croyait encore en la médecine. « Roche Noire » n’était pas née et toute sa corruption induite non plus.


La menace mortelle générale a meme forcé les politiques à oublier les conflits.


Comme le monde et les temps changent !



L’Épopée de Tchumakov aurait très bien pu ne pas être


Nota : Le complot des blouses blanches (russe : Дело врачей, delo vratchej; littéralement « l'affaire des médecins ») concernait un prétendu complot de médecins, presque tous juifs, accusés en janvier 1953, d'avoir assassiné deux dirigeants soviétiques et d'avoir prévu d'en assassiner d'autres. Il s’agissait en fait d’une machination montée de toutes pièces par le NKVD (services de renseignement) pour le régime stalinien. L’affaire est abandonnée deux mois après la mort de Staline.

Wikipédia


En janvier 1953, au plus fort du "Complot des Blouses Blanches", Mikhail Petrovich Tchumakov - à ce moment-là directeur de l'Institut Ivanovsky de recherche en virologie - a catégoriquement refusé de licencier l'un des employés juifs, contrevenant ainsi aux ordres. "Je comprends différemment la politique nationale du parti", a-t-il lancé, sachant très bien ce qu'il risquait. Selon les souvenirs de ses proches, il a vécu plusieurs mois en préparation de son arrestation, "séchant des biscuits salés et préparant des vêtements chauds".

Mais heureusement pour lui, Staline mourut, et le "cas" de désobéissance fut oublié.


Mikhail Petrovich Tchumakov

Chef Tchumakov dans sa cuisine


Le vaccin de Sabin-Tchumakov a vaincu la poliomyélite


Au moment où l’épidémie de polio éclate, et comme par magie, en 1955, l'Institut de la poliomyélite est créé à l'Académie des sciences médicales, et Tchumakov jusque-là écarté et ostracisé en est nommé directeur.


En 1956, trois chercheurs soviétiques - Mikhail Tchumakov, lauréat du prix Staline, et membre de l'Académie des sciences, sa femme et collègue, la virologue Marina Vorochilova et l'académicien de Leningrad Anatoly Smorodintsev ont été envoyés aux États-Unis pour tenter de relever ce défi avec leurs collègues américains.


L’américain Albert Sabin (à droite) et le soviétique Mikhail Tchumakov

L’américain Albert Sabin (à droite) et le soviétique Mikhail Tchumakov


Le scientifique américain Albert Sabin et le soviétique Mikhail Tchumakov se sont unis dans la lutte contre cette maladie mortelle qui sévissait déjà aux États-Unis et commençait en Europe.


À leur arrivée aux États-Unis, les scientifiques soviétiques ont étonné les Américains. Ceux-ci attendaient des « bolcheviks » méfiants, vicieux et sombres. Ils accueillirent 3 personnes charmantes, vives, sincères, avec qui on pouvait à la fois fraterniser, se disputer et argumenter jusqu'à l'enrouement et travailler jusqu’au milieu de la nuit.


Albert Sabin évoquera cette aventure plus tard : « Le professeur Tchumakov a essayé de faire de moi un communiste après de nombreuses heures où nous avons bu de la vodka et consommé une grande quantité de caviar. Il a échoué, tout comme je n'ai pas réussi à le changer. Mais cela ne nous a pas empêchés de travailler ensemble dans le respect mutuel et l'amitié pour vaincre un ennemi commun appelé la poliomyélite."


Albert Sabin au MicroScope

Albert Sabin au Macro Scope


Après quelques insuccès flagrants (tentative de Slak avec un vaccin produit par les laboratoires Cutter), les US étaient réticents pour renouveler l’expérience sur des patients. Tchumakov était suffisamment lui convaincu et paré pour contre carrer les peurs et les freins de l’administration russe.


Le travail en commun a permis de sélectionner les souches de "vaccin vivant" de Sabin.

Les échantillons de Virus atténué, ont été amenés en URSS, assez curieusement, dans une valise ordinaire, lors d'un vol de retour d'Amérique.


Pour l’anecdote, devant l’inertie de l’administration, Tchumakov, a profité de la brève absence de son supérieur direct, pour appeler le vice-président du Conseil des ministres Anastas Mikoyan. Il s'est plaint des "bureaucrates", et a demandé la permission de commencer les essais cliniques du vaccin. Bref il a pris tous les risques. Il a obtenu l’accord de Mikoyan, et s’est fait de bons amis dans les hautes sphères de l'administration, amis qui ne l’oublieront pas !


En quelques années seulement, un vaccin a été produit en Union soviétique, vaccin qui confère aux gens une forte immunité à vie.

En 1956, sous la direction de Tchumakov, à l'Institut de la poliomyélite et de l'encéphalite virale, le médicament a été lancé dans la phase de production industrielle avec une impressionnante rapidité, ce que l'Amérique n'avait pas osé faire.


stèle grecque : la maladie paralysa la jambe du prince

Intrigante stèle grecque : la maladie paralysa la jambe du prince. VIIIe dynastie (1580-1350 av. J.-C.).



L'épidémie dans les États baltes, où la polio sévissait fortement, fut stoppée en quelques mois. Le nombre de cas est tombé à l'été 1959 de près d'un millier à six. La solution vaccinale a été prise par 40 000 enfants, et aucune conséquence indésirable n'a été notée.


solution vaccinale contre la poliomyélite

Pour les ampoules c’est du 220 !


En 1960-61, cent millions de personnes, soit près de 80 % de la population de l’URSS, étaient déjà vaccinées. L'incidence a diminué de 120 fois, et a été réduite à presque néant.

L’Union soviétique fut le premier pays à produire, breveter et largement utiliser ce vaccin très efficace qui a pratiquement éliminé la poliomyélite du pays après seulement quelques années d'utilisation


Vaccin en dragees contre la poliomyélite

Distribution de dragées contre la poliomyélite aux écoliers soviétiques, 1960 Photo des archives principales de Moscou.


Dire que le monde a poussé un soupir de soulagement est un euphémisme. Six douzaines de pays étrangers ont immédiatement acheté de nouveaux vaccins à l'URSS sous la forme d’ampoules et ou de dragées ressemblant à des bonbons.


Vaccin contre la poliomyélite

Goute moi cette goutte qui glougloute sur ta glotte


En 1963, Tchumakov et Smorodintsev ont reçu le prix Lénine. Albert Sabin a également reconnu leurs mérites : « Les Russes ont mené une guerre éclair contre la poliomyélite et l'ont gagnée, mettant dix fois moins de temps à vaincre l'ennemi que les Américains... Je regrette de dire que les choses avancent beaucoup plus lentement dans mon pays. À mon avis, cela est dû au fait que nous n'avons pas un général Tchumakov, qui en assumerait toute la responsabilité ».


le resultat de la lutte internationale contre la poliomyélite

Statistique Monde


La qualité exceptionnelle de l'échange scientifique entre Sabin et Tchumakov a abouti à un produit fiable et tangible qui sera largement utilisé et considéré comme un succès à la fois à l'Est et à l'Ouest.


Le vaccin produit par l’Institut de Mikhaïl Tchumakov s’est ensuite exporté dans plus de 60 pays et fut primordial dans l'éradication des grandes épidémies de poliomyélite en Europe Orientale et au Japon. Ce vaccin est devenu essentiel dans la campagne d'éradication de la poliomyélite au niveau mondial.


Le vaccin de Tchumakov a vaincu la poliomyélite

Le vaccin de Tchumakov a vaincu la poliomyélite.



L’Histoire de Tchumakov : Le courage d'un scientifique


Tchumakov etudiant l'encephalite a tiques

Expédition "Encéphalique" d'Extrême-Orient. Le jeune scientifique Tchumakov au travail. juin 1937.


En 1937, ses collègues et lui découvrent l’étiologie d’une nouvelle maladie neurologique transmissible appelée : encéphalite à tiques. Ils isolent le virus qui en est la cause. Tchumakov est accidentellement infecté par ce virus et développe l’encéphalite qui provoque chez lui la perte presque totale de l'ouïe et la paralysie du bras droit.

Parmi les virus découverts et étudiés par Mikhail Tchumakov on compte aussi les virus de la fièvre hémorragique d'Omsk et de la fièvre hémorragique du Kemerovo, le virus de fièvre hémorragique à syndrome rénal, le virus de la fièvre Congo-Crimée et bien d’autres.

Bref il y a du Raoult chez ce toubib !


Tchumakov a réalisé ce travail titanesque avec sa seule main gauche (il glissait sa main droite inerte dans la poche de sa veste), et avec une assistance auditive : il ne percevait les sons que d’une seule oreille et a cinq pour cent de leur niveau.



La Povr’ vengeance des Stratifs


Au début des années 1970, les stratifs frustrés par les succès de Tchumakov et son indiscipline, ont refusé d'utiliser le vaccin contre la rougeole produit par son institut et ont simplement fait brûler 13 millions de doses dans des autoclaves, et ce, en pleine épidémie de rougeole en Ukraine !


Excédé, lors d'une des réunions au ministère de la Santé, Tchumakov a crié au ministre de l'époque Boris Petrovsky, avec qui il a étudié à l’université : "Borya, j'ai vu beaucoup d'imbéciles à cette place, mais il n'y en a jamais eu un comme toi !"


Tchumakov en famille

Avec sa femme Marina Vorochilova et ses fils dans sa maison

près de Moscou, en1960


Après ce scandale, Tchumakov a été démis de ses fonctions de direction de l'Institut de la poliomyélite, et a été harcelé de façon discrète mais permanente. Au cours de ses 15 dernières années, Tchumakov a poursuivi des recherches sur un vaccin contre la grippe.


L'Institut Tchumakov de la poliomyélite et de l'encéphalite virale, poursuit ses travaux. L'un des derniers projets d'envergure du Centre Scientifique basé à l’ l'institut concerne le développement d'un vaccin contre le Covid-19, le "CoviVac".


La saga de Mikhail Petrovich Tchumakov est bien plus qu'une histoire de triomphe scientifique. C'est le récit d'un homme dont le courage et la persévérance ont changé le cours de l'histoire de la médecine, sauvant des vies et inspirant des générations futures.



NOTE :

extrait de Wikipédia :

Nuremberg : le procès des médecins

Primauté du consentement

Au procès de Nuremberg, les débats confirment ce qui avait été évoqué auparavant : l'absence de loi ou de règles précises du droit international sur les expérimentations humaines. Quelques divergences entre les trois experts de l'accusation ont soulevé l'émoi de l'assistance, concernant le rôle du médecin-chercheur et l'expérimentation sur détenus et condamnés à mort.

Pour le tribunal, il apparait alors que la bonne foi et l'intention de l'expérimentateur doivent laisser la place à un principe supérieur et décisif, le seul qui permette de se démarquer des expérimentations nazies : la nécessité d'un consentement volontaire d'un sujet libre et éclairé, en dehors de toute situation de contrainte. C'est le point essentiel, pouvant garantir le Never again (plus jamais ça).

Les quatre juges du tribunal ont donc élaboré un code, précisant les règles du consentement volontaire avec la liberté d'interrompre l'expérience, à la fois par le sujet et l'expérimentateur.

Ces règles sont connues sous le nom de : Code de Nuremberg.


Si vous avez bien suivi les épisodes Covid, ce petit détail devrait vous titiller.



Pour les nombreux candidats au tourisme et à l'expatriation vers la Russie, ou pour simplement compléter votre initiation au monde Russe et à sa langue, je vous recommande le site suivant :

 

Pour bénéficier de 10% de remise, Utilisez le Code promo : culture-russe10

 


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page