• Alain Mihelic

La Beauté des Châles d’Orenbourg

Dernière mise à jour : juin 12


châle-Orenbourg-Russie-tradition-cachemire-chèvre-angora
Oh les Yeux de ce Châle !

« Un châle d’Orenbourg fin comme de la dentelle". Le symbole du raffinement de l’artisanat russe du XIXème siècle, né dans les steppes de l’Oural il y a plus de 250 ans.

Ces châles sont tricotés manuellement à partir du pur duvet des chèvres d’Orenbourg. Cette appellation revêt deux formes : le châle, réalisé en duvet épais et utilisé au quotidien et la « toile d’araignée », ouvrage plus délicat et plus fin, fait à partir de duvet et de fils de soie pour une utilisation plus festive et solennelle. La réalisation et le savoir-faire des motifs très caractéristiques en nids d’abeille ou pattes de chats, sont passés de générations en générations.


châle Orenbourg Russie tradition cachemire chèvre angora
Mailles en toile d’araignée, nids d’abeille ou pattes de chats

Les chèvres d’Orenbourg, une race à part

Des tentatives d’élevage de chèvres d’Orenbourg ont eu lieu au XIXème siècle en France, en Amérique du Sud et en Angleterre, mais ont échoué. Ainsi, en 1818, Louis XVIII envoya un orientaliste et diplomate français, Pierre Amédée Jaubert, rechercher la race des chèvres qui fournissaient le duvet avec lequel on fabriquait les châles du Cachemire. Ce duvet est toujours considéré comme le plus mince au monde avec une épaisseur de 16 à 18 microns contre 22 à 24 microns pour des chèvres angora. Plus le fil est fin et plus il est doux. À la différence du cachemire qui est tissé, le duvet de chèvre d’Orenbourg est tricoté ce qui lui confère un aspect plus mousseux. En chemin pour le Tibet, il s’arrêta à Odessa et apprit qu’entre Orenbourg et Astrakhan, des bergers faisaient paître des chèvres descendantes du Cachemire. Jaubert étudia les poils du bouc d'Orenbourg et les trouva de bien meilleure qualité que ceux de la race tibétaine. Sur les 13.000 chèvres qu’il fit expédier par bateau à Marseille, seules un peu plus de 400 survécurent au voyage.


châle au marché d'Orenbourg Russie tradition chèvre angora
Les Babouchkas proposent leurs Productions

Malheureusement, le duvet aux qualités exceptionnelles se transforma en quelques années en poils durs et rêches, et il s’avéra que ce duvet ne pouvait se développer que si la chèvre était soumise à des conditions climatiques extrêmes comme celles que l‘on trouve dans le sud de l’Oural soit des hivers longs et rigoureux, des vents forts et des étés chauds et secs.

L’ alimentation trouvée dans les steppes a également son importance. La race des chèvres dites « d’Orenbourg » a été introduite dans la région au XIXème siècle en croisant plusieurs espèces locales. L’ objectif était d’obtenir des poils de bonne qualité, doux, délicats et résistants pour la confection de vêtements dont le fameux châle d’Orenbourg.

En même temps que l’ éclatement de l’URSS, la production a commencé à péricliter et les ventes se sont effondrées.


Le Châle d’Orenbourg aujourd'hui

Le renchérissement des coûts d’élevage a provoqué le délabrement de nombreuses fermes et le nombre de tête de bétail dans la région a chuté : de 150.000 en 1990 à 16.000 en 2002.

Mais une autre raison de ce déclin est l’arrivée de nouvelles matières et de nouveaux produits : le châle en duvet est passé de mode et est devenu un souvenir régional de marque et de prestige, tout comme Pain d’épice (ou Prianik) de Toula (Тульский пряник) ou la dentelle de Vologda.


C’est un produit d'exception et sans aucun doute un très beau cadeau à offrir !

châle Orenbourg Russie chèvre angora
Voila la Reine au Poil Doux

79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout