top of page
  • Photo du rédacteurAlain Mihelic

La Culture Yamnaya, le peuple des Kourgans

Dernière mise à jour : 7 mai

Vers -3600 avant JC, une révolution graduelle a lieu en Europe, avec l’arrivée de migrations successives. 

La source de ces migrants était surtout issue d’un groupe d'éleveurs appelés Yamnaya, qui occupaient la steppe eurasienne au nord de la mer Noire et des montagnes du Caucase. 


Entre 3600 et 2 600 ans avant notre ère, les Yamniki et leurs descendants ont colonisé de vastes étendues en Europe, laissant un héritage génétique qui persiste encore aujourd’hui. Leur arrivée a coïncidé avec de profonds changements sociaux et culturels pour tout le continent. 


Pendant cette période, les pratiques funéraires ont radicalement changé, une classe guerrière est apparue, une langue nouvelle s’est imposée. 


À l'âge du bronze, dont le début remonte à 3600-3300 avant JC, la pierre cède de plus en plus la place au métal dans la fabrication d'outils et d'armes. L'invention du bronze (d'abord un alliage de cuivre et d'arsenic, puis plus tard de cuivre et d'étain), qui a une résistance, une dureté et une fusibilité nettement supérieures à celles du cuivre pur, devient l'une des clefs des changements radicaux survenus dans la vie des peuplades.


La rareté des gisements d'étain contribue au développement des échanges intertribaux, à la formation de routes commerciales stables et de nouvelles routes migratoires. Le changement climatique (déjà !) fut une autre raison pour expliquer les migrations qui ont balayé l'ensemble de l'Europe. Le climat au début de l'âge du bronze devient plus froid et plus sec et de nombreuses communautés d'agriculteurs européens se trouvent affaiblies, ouvrant la voie vers l'ouest à de nouveaux colons.


Les populations du néolithique, composées d’agriculteurs néolithiques et de chasseurs cueilleurs mésolithiques autochtones, seront remplacés par la culture de l’Age du bronze apportée par ces pasteurs venus des Steppes.


Les groupes Yamnayas s’installeront en Nord Europe principalement.

 

Carte montrant les migrations Yamnaya vers l'Europe et l'Asie,

Grand Tourisme Euro-Asiatique


 

Vers -3 600, début des migrations dans 2 directions, principalement vers l’Europe, où ils atteindront l’Atlantique vers -2 500, mais aussi vers l’Altaï où ils seront vers -3 000.


On notera qu’une branche reviendra du Nord Europe, pour s’installer au Sud de l’Oural et formera la culture Sintashta, objet de l’Article : « La Culture Sintashta».


 

La Culture Yamnaya : aux origines des Indo-Européens


La Culture Yamnaya (ou plus précisément, l’ancienne communauté culturelle et historique Yamnaya) est une culture datant de la fin de l'âge du cuivre et du début de l'âge du bronze ( 3800-2300 avant JC ). 


Elle occupait le territoire allant du sud de l'Oural à l'est, jusqu'au Dniestr à l'ouest, de la Cis-Caucasie au sud et s’étendant jusqu'à la région de la Moyenne Volga au nord. 


La culture Yamnaya était essentiellement nomade, avec cependant des éléments d’agriculture, près des rivières et dans certaines colonies délimitées.


Un des traits caractéristiques de la culture Yamnaya tient dans leur coutume d’enterrer leurs morts dans des fosses, recouvertes par des monticules, les Kourgans, Les corps en position couchés sur le dos, les genoux pliés, étaient parsemés d'ocre

Les enterrements dans ces tumuli étaient parfois multiples.

 

Le terme russe « Yama » signifie : fosse, trou.


 

Des sépultures d’animaux ont aussi été découvertes : vaches, cochons, moutons, chèvres et surtout des chevaux qui semblent avoir une place importante dans le quotidien puisque qu’ils accompagnent parfois le défunt dans sa tombe. Ces habitudes sont typiques des peuples indo-européens.

 

Apports techniques :

 

3 facteurs techniques, peuvent expliquer les révolutions qu’ils apporteront :

  • L’élevage, le dressage, et la monte des chevaux

  • L’invention récente du chariot à 4 roues, peut-être dû aux Maykors (Voir cet Article)

  • Le travail du bronze à l’arsenic, connu du peuple Maykor.

 

Le fait que les Yamniki aient domestiqué les chevaux est indéniable, mais la question de leur utilisation dans la vie quotidienne reste ouverte. Très probablement, ils étaient, non seulement source de viande et de lait, mais aussi moyen de transport (bien que les charrettes à quatre roues produites par la culture Yamnaya puissent également être tirées par des bœufs). 


De nombreux scientifiques sont enclins à croire que les Yamniki montaient à cheval - à partir d'un cheval, vous pouvez contrôler efficacement de grands troupeaux de vaches, de chèvres, de moutons et de porcs, explorer la contrée et attaquer les ennemis. 


Grâce à leur mobilité, les représentants de la culture Yamnaya sont devenus l'un des premiers peuples à se tourner presque entièrement vers l'élevage bovin. Seuls quelques « Yamniki » pratiquaient la culture à la houe le long des berges des fleuves, à l'instar de leurs voisins de la culture Cucuteni-Trypillia. 


Les Yamniki vivaient dans des chariots-wagons semblables aux wagons mongols ou aux wagons couverts du Far West ; pour tout mobilier, ils utilisaient du feutre, des nattes et des couvertures.

 

Les Chevals :


En une tentative d’égaler nos sinistres ministres actuels, en liberté grammaticale !

 

L'apprivoisement initial des chevaux par les populations de la culture Yamnaya et d'autres groupes anciens a été un processus progressif qui a probablement évolué sur une période considérable. Voici quelques points clés sur la domestication des chevaux dans le contexte de la culture Yamnaya :


Chasse et capture : Initialement, les hommes ont peut-être chassé des troupeaux de chevaux sauvages pour leur viande, mais au fil du temps, ils sont parvenus à les capturer vivants et les élever.


Sélection naturelle : La domestication des chevaux a probablement commencé par une interaction entre les humains et les chevaux sauvages. Les chevaux ont été choisis en raison de certaines caractéristiques souhaitables, telles que la docilité, leur taille et leur disposition à être dirigés.


Élevage sélectif : Les Yamnaya, éleveurs de bétail expérimentés, ont pu commencer à exercer une sélection sélective sur les chevaux capturés. Ils ont peut-être favorisé la reproduction des chevaux les plus dociles, créant ainsi une population d’animaux plus adaptée à l'interaction avec les humains.


Utilisation dans la vie quotidienne : Une fois apprivoisés, les chevaux ont pu être utilisés pour diverses tâches, telles que le transport, le labourage des champs, la chasse et même la guerre. L'utilisation des chevaux dans la vie quotidienne aurait renforcé leur lien avec les communautés humaines.


Développement de l'équipement équestre : Avec le temps, les humains ont développé des équipements équestres tels que les brides et les selles, améliorant ainsi leur capacité à diriger et à contrôler les montures.


Culte du cheval : Dans certaines cultures, le cheval a également acquis une signification symbolique ou religieuse. Les chevaux étaient souvent enterrés avec des individus de haut statut, suggérant une importance particulière accordée à ces animaux.

 


C’est fort Cavalier tout ça ?

 

Des études scientifiques montrent que les chevaux étaient élevés pour leur lait entre 3 500 et 3 000 avant notre ère, ce qui implique une domestication. 

 

Cependant, cela ne confirme pas qu’ils soient montés. Le matériel utilisé par les premiers cavaliers est rarement conservé.

L’équitation comporte deux composantes en inter agissantes : le cheval comme monture et l’humain comme cavalier. 

Les modifications associées à la conduite du cheval, et son influence sur les squelettes humains constituent la meilleure source d'informations, pour confirmer ou non la monte.

 

Cinq individus Yamnaya bien datés de 3021 à 2501 avant notre ère provenant de kourganes de Roumanie, de Bulgarie et de Hongrie, et présentant des changements dans la morphologie osseuse et des pathologies distinctes associées à l'équitation, ont été étudiés par plusieurs équipes. Ce sont les humains les plus âgés identifiés jusqu’à présent comme étant des cavaliers.

 

L'utilisation des chevaux comme moyen de transport a été une étape décisive dans le développement culturel de l'humanité. Les échanges commerciaux et culturels ainsi que les conflits et les migrations ont bondi avec l'augmentation de la vitesse et de la portée offerte par l'équitation. 


Les recherches archéologiques, archéozoologiques et paléogénétiques sur les débuts de la domestication des chevaux et l'expansion initiale des chevaux domestiques ( Equus caballus ) ont récemment connu de nombreux progrès, tout comme notre compréhension de l'apparition des chars rapides tirés par des chevaux à rayons. roues vers - 2000 avant notre ère (Voir Article « La Culture Sintashta ».

 

 

Notre compréhension de la manière dont l’équitation s’est développée entre le milieu du IVe et le début du IIe millénaire avant notre ère dans la steppe pontique-caspienne et au Moyen-Orient reste peu documentée. Cette période voit également :


  • les premières apparitions de chevaux les régions ouest et sud du bloc asiatique,

  • les origines des races de chevaux modernes,

  • l'introduction généralisée des charrettes et des chariots à roues tirés par le bétail.

 


L’extension de la migration Yamnaya (~ 3 600 à 2 500 avant notre ère) s’étend vers l’est jusqu’à l’Altaï et la Mongolie et prendra la forme de la culture Afanasievo et vers l’ouest dans le centre de l’Europe. Les dernières recherches, indiquent son accomplissement rapide en un ou deux siècles juste avant et après 3000 avant notre ère. 


Compte tenu des vastes distances géographiques de 4 500 km entre le centre Europe et les montagnes de l’Altaï, de l’absence de routes et de la faible taille de cette population, il est difficile d’imaginer comment cette expansion aurait pu avoir lieu sans une amélioration succincte des moyens de transport.

 

répartition des peuples Yamnaya et Afanasievo

Carte de la répartition globale de Yamnaya et Afanasievo.

 


La Preuve par l’Usure :

 

L'équitation est une activité physique exigeante, et les changements adaptatifs de l'appareil musculo-squelettique en réponse à des facteurs de stress biomécaniques spécifiques fréquents sont bien documentés et en provenance de nombreux sites.

 

sites Yamnaya évalués bioanthropologiquement.   

Répartition des 217 individus provenant de 39 sites qui ont été évalués bioanthropologiquement.

 

La carte affiche tous les kourganes Yamnaya fouillés (points jaunes) en Roumanie, en Bulgarie, en Hongrie et en Serbie.

les carrés bleu clair désignent les kourganes Yamnaya potentiels en dehors de la distribution principale. 

 

1) Réactions de stress enthésique sur le bassin et le fémur


Changements adaptatifs de la morphologie osseuse

Changements adaptatifs de la morphologie osseuse

 

2) Altérations fémoro-acétabulaires : Les deux fémurs de l'individu, présentent des bosses d'impression distinctes avec une marge osseuse dense et surélevée sur la partie antéro-supérieure du col fémoral. 

 

3) Forme de la section transversale de la diaphyse osseuse. Les deux diaphyses fémorales présentent un aplatissement antéro-postérieur.

 

4) Une adaptation à la flexion médiolatérale et à la contrainte de traction sur la tige proximale du fémur, comme dans l'équitation. L'adaptation de la forme due à de telles exigences mécaniques se développe principalement à l'adolescence. Il est donc probable que l'individu teste, faisait régulièrement du cheval dès son plus jeune âge. 

 

5) Dégénérescence vertébrale induite par le stress, avec des signes d'une spondylose de niveau moyen de la région thoracique inférieure et lombaire, avec une sclérose du rebord antérieur et de petits ostéophytes. 


yamnaya : Traits dégénératifs et traumatiques

Traits dégénératifs et traumatiques

 

( A et B ) Le bord frontal épaissi et sclérotique de deux vertèbres et la déformation concave des plateaux verticaux. ( C ) Le processus spinosus mal aligné de la première vertèbre sacrée. ( D ) Une image de la même caractéristique (vue latérale), montrant le remplacement du tissu spongieux par de l'os compact.

 

6) Traumatisme accidentel : une chute violente sur le dos est le scénario de traumatisme le plus probable. Les chutes de cheval sont la cause la plus fréquente de blessures en relation avec l'équitation, entraînant souvent des fractures des membres ou du tronc.

 

 

Ensemble, ces résultats fournissent un argument solide selon lequel l'équitation était déjà une activité courante pour certains individus Yamnaya dès environ 3 000 avant notre ère. Cela confirme d'autres preuves, d'une apparition précoce des équidés comme montures. 

 

Equitation dans l’Histoire :

 

representations de l'equitation a l'age du bronze

Preuves picturales de l'équitation à l'âge du bronze (vers 2100 à 1200 avant J.C.)

 

( A à C ) Mésopotamie. ( D à F ) Egypte. ( G à I ) Mer Égée-Chypre. (A) Dessin d'une empreinte de sceau représentant un cavalier, époque Ur III. (B) Moule de plaque en argile cuite représentant un cavalier, période ancienne babylonienne (C) Dessin d'une empreinte de sceau d'Ili-pada, Empire assyrien moyen. (D) Astarté à cheval : un graffito égyptien, XIXe dynastie. (E) Plaque égyptienne en stéatite vernissée représentant un cavalier piétinant un ennemi tombé au combat, Dix-neuvième. (F) Relief en calcaire représentant un messager à cheval provenant du tombeau d'Horemheb, Saqqarah, fin de la XVIIIe dynastie. (G) Figurine en argile du « cavalier » de Mycènes. (H) Cavalier sur un cratère, Musée Allard Pierson, Amsterdam. (I) Dessin d'un tesson représentant un cavalier de Minet el-Beida, tombe VI, LH IIIB2.


Chevaux de Przewalski

 Chevaux de Przewalski


Les premiers chevaux du site énéolithique de Botai dans le nord du Kazakhstan sont plutôt identifiés comme Equus Przewalskii. que comme le cheval domestique moderne ( Equus caballus ).


Steppe d'Azov

Steppe d'Azov.

Musée-réserve historique et archéologique du Tanaïs (région de Rostov, Russie).


Avec la propagation des produits en bronze (probablement d’origine du peuple Maikor), dans la steppe eurasienne, un nouveau type d'agriculture est apparu : l'élevage nomade. L'économie d'un nomade ne semble qu'en apparence moins productive que celle d'un agriculteur ; en réalité, le nomadisme est le moyen le plus efficace d'exploiter les écosystèmes des steppes. Les peuples migrants pouvaient tirer leur subsistance de diverses sources : élevage de bétail, commerce avec les tribus sédentaires, chasse et pêche, artisanat et raids armés.


Récipient en bronze de la culture Maikop

Récipient en bronze avec couvercle de la culture Maikop (4500-2500 avant JC).


Le corps et le col sont reliés par soudage par forge. Branche du Caucase du Nord du Musée national d'art oriental (Maikop, Russie).

 

 

Génétique :

 

ADN et migrations : Les recherches génétiques modernes ont montré que les populations de la culture Yamnaya ont laissé une empreinte significative sur les populations ultérieures en Europe et en Asie. Leurs migrations et mélanges génétiques ont joué un rôle important dans la formation des populations européennes actuelles.


Les études génétiques menées sur les populations contemporaines ainsi que sur les restes humains datant de la culture Yamnaya ont fourni des informations précieuses sur les migrations et les interactions au cours de la préhistoire. Voici quelques points clés à considérer :

 

L'empreinte génétique de la culture Yamnaya : Les analyses ont révélé que les populations associées à la culture Yamnaya ont une signature génétique distincte. Cette empreinte est caractérisée par des marqueurs spécifiques qui sont utilisés pour identifier les contributions génétiques de la culture Yamnaya dans les populations ultérieures.

 

Migration vers l'Europe : Les résultats des études génétiques indiquent que les migrations issues de la culture Yamnaya ont eu un impact majeur sur les populations européennes. Ces mouvements de population ont contribué de manière significative à la formation génétique des groupes qui ont suivi, notamment dans les régions d'Europe centrale et orientale.

 

Diffusion de l'ADN Yamnaya en Asie : Les migrations liées à la culture Yamnaya ont également laissé leur empreinte génétique en Asie. Des études ont montré des liens génétiques entre les populations Yamnaya et certaines populations en Sibérie et en Asie centrale. Ces mouvements ont influencé la diversité génétique dans ces régions.

 

Mélanges génétiques et diversification : Les populations Yamnaya étaient souvent en contact avec d'autres groupes culturels, entraînant des mélanges génétiques. Ces interactions ont contribué à la diversification génétique et à la formation de groupes distincts au fil du temps.

 

 Définitions :

 

Pour la génétique humaine, les haplogroupes qu'on étudie généralement sont des haplogroupes du chromosome Y (ADN-Y) et des haplogroupes de l'ADN mitochondrial (ADN mt). On peut employer les deux pour définir les populations génétiques.

L'ADN-Y suit seulement la lignée patrilinéaire (les Zoms quoi !), alors que l'ADN mt suit seulement la lignée matrilinéaire (les Fams !).

Les hommes disposent des deux types de marqueurs génétiques (ADN mitochondrial de la mère et chromosome Y du père) ; les femmes possèdent un seul type : l'ADN mitochondrial de la mère.

 

Les chasseurs-cueilleurs ouest-européens (West Hunter-gatherers - WHG)

Les chasseurs-cueilleurs est-européens (East Hunter-gatherers - EHG)

Les chasseurs-cueilleurs scandinaves (Scandinavian Hunter-gatherers - SHG)

Les chasseurs-cueilleurs de l’est (EHG)

Les Nord-Eurasiens primitifs (Ancien North Eurasian dits ANE)

Les premiers agriculteurs européens (Early European Farmers EEF)



Au début de l’âge du bronze, le patrimoine génétique de l’Europe moderne a finalement pris forme. 

Le patrimoine européen est constitué essentiellement de trois éléments :

  • Les Cro-Magnons européens WHG  

  • Les premiers agriculteurs européens EEF, qui ont émigré du Moyen-Orient au Néolithique.  

  • De nouveaux arrivants parlant une langue proto-indo-européenne. Les données génétiques collectées et traitées par technologie informatique entre 2015 et 2020. sont en bon accord avec l'hypothèse de la steppe. Selon eux, l'« ajout » décisif à la population de l'Europe énéolithique, qui a assuré l'introduction des langues indo-européennes et la transition massive vers le bronze, était le peuple de la culture Yamnaya. 

La population d'Europe centrale, qui au Néolithique était la descendance des chasseurs-cueilleurs WHG d'Europe occidentale, devient nettement plus orientale au début de l'âge du bronze, avec une forte augmentation de la composante EHG. C'est ce changement qui permet d'affirmer qu'il y a eu une migration massive depuis l'Est - porteurs de la culture Yamnaya et populations génétiquement similaires à celle-ci.

 

lignee R1b1 du chromosome Y en europe

 

Paléoanthropologie

 

Sur la base de l'analyse anthropométrique et génétique des squelettes trouvés, les scientifiques ont pu recréer l'apparence des représentants de la culture Yamnaya. 

Les "Yamniki" possédaient trois phénotypes spécifiques. 


  • Il s'agissait principalement de Caucasiens de type chasseur-cueilleur d'Europe de l'Est EHG, des individus de grande taille, avec un crâne oblong massif, un visage droit et bas, un nez large et fortement saillant, des arcades sourcilières visibles et une mâchoire forte. 

  • On trouve également des types CHG Caucasiens à face étroite et à face haute et des crânes brachycrâniens ronds. Une taille élevée - en moyenne 175-177 cm pour les hommes, doit être considérée comme la principale caractéristique des "Yamniki".

 

A titre de comparaison, la taille moyenne des hommes en Russie pour 2019 est de 178 cm). Le squelette unique de Yamnaya, trouvé dans le village de Vetrino en Bulgarie, appartenait à un homme mesurant au moins 190 cm. Les hommes et les femmes européens modernes sont encore nettement plus grands que les habitants d'autres régions du monde, et une corrélation peut être notée entre la présence de plus de gènes Yamnaya dans la population (Baltes, Scandinaves) et l’augmentation des indicateurs de taille moyenne (la taille moyenne des hommes norvégiens en 2019 est de 180 cm, celle des hommes espagnols de 173 cm).

L'analyse génétique suggère que les Yamniki avaient la peau foncée, les cheveux bruns (noirs ou châtains) et les yeux noisette.


  • La population pourrait également contenir des individus aux cheveux plus clairs et aux yeux bleus, caractéristiques de l'EHG, en faveur desquels la sélection génétique a commencé après la réinstallation de certaines tribus en Europe.

 

Reconstruction informatique d'un homme Yamnaya

Des clichés de nos voisins

 

Reconstruction informatique 3D de l'apparence d'un homme Yamnaya et de son descendant européen. Ci-dessus - un homme de la culture Yamnaya provenant d'un tumulus près de Samara (Russie), 3e millénaire avant JC. 

Au-dessous se trouve un homme de l'âge du bronze mesurant 180 cm de l'île de Rathlin (Irlande), représentant de la culture campaniforme, dont l'analyse génétique a montré une continuité directe avec un homme Yamnaya (Haak et al. 2015). L’Européen avait probablement les cheveux châtain clair et les yeux marron clair.

Les Yamniki se sont imposés peut-être aussi par d'une santé enviable, en grande partie grâce à une alimentation riche comprenant du lait cru (jusqu'à 1/4 de la population adulte Yamniki possédait un gène qui les rend résistants au lactose à l'âge adulte),

 


Le Culte de Morts, les Kourgans :


La communauté culturelle Yamnaya est ainsi nommée par les particularités de ses coutumes funéraires : les hommes et les femmes étaient enterrés dans des fosses profondes recouvertes de branches ou de pierres. Un monticule, le Kourgan, était accumulé par-dessus. 


tumulus Yamnaya

Un tumulus près du village de Novaya Lipovka (région de Saratov, Russie)


Le corps du défunt était placé la tête tournée vers l'est, sur le dos ou sur le côté, les jambes repliées en dessous et le corps était décoré d'ocre rouge. 


Kourgan, Position Fœtale caractéristique

Position Fœtale caractéristique


Des roues étaient placées dans les coins de la fosse, symbolisant le chariot funéraire ; une hache de pierre et un poignard en bronze étaient placés dans la tombe des hommes, soulignant leur statut de guerrier. Des outils, des bijoux en os et des pots en forme d'œuf contenant de la nourriture étaient parfois déposés sur la « route » du défunt.

 

Des stèles anthropomorphes en pierre (plus de 300 découvertes) représentant des dieux ou des ancêtres ont été installées au sommet des tumulis. La tradition des statues de pierre était fermement ancrée dans les steppes de la mer Noire, passant d'abord aux Scythes puis aux tribus turcophones (voir, par exemple, les femmes de pierre polovtsiennes). 

 

Stele Anthropomorphe Yamna

 Stele Anthropomorphe Yamna



L'invention du charriot a quatre roues ?

 

L'invention du chariot à quatre roues est un événement majeur dans l'histoire des technologies de transport. Les premiers chariots à quatre roues ont été développés dans la région du Proche-Orient, et leur invention est généralement attribuée à la civilisation sumérienne vers la fin du 4e millénaire av. J.-C.

 

Les Sumériens étaient un peuple du sud de la Mésopotamie (l'actuel sud de l'Irak), et leur civilisation a apporté de nombreuses contributions importantes à la société, y compris des avancées dans l'agriculture, l'écriture cunéiforme, et bien sûr, le transport.

 

Les premiers chariots à quatre roues étaient probablement utilisés à des fins agricoles et logistiques, améliorant considérablement la capacité de transport. Ces chariots étaient souvent tirés par des animaux domestiques tels que des bœufs ou des ânes. L'utilisation des chariots à quatre roues s'est rapidement répandue dans les sociétés voisines, y compris les civilisations mésopotamiennes, égyptiennes, et vers les steppes asiatiques.

 

Charrette de l'âge du bronze

Charrette de l'âge du bronze (vraisemblablement culture Yamnaya)

Musée régional d'histoire locale de Rostov (Rostov, Russie).

 

Qu’apportent les Yamniki dans ce domaine : le chariot est ici tracté par des chevaux. Pour corroborer cette thèse, il faut souligner que la proximité dans de nombreuses tombes de restes d’équidés et de chariots à 4 roues, lève largement les doutes quand a la paternité de cette invention.


Couple Yamnaya avec chevaux

Couple Yamnaya avec chevaux


Une femme verse du lait de jument dans un récipient en forme d'œuf. 

Dessin de l'artiste contemporain Christian Sloan Hall.

 

 

Les Arguments des Yamniki

 

Les avantages culturels des Yamniki par rapport aux tribus environnantes sont multiples :

  • Techniques : bons pasteurs, ils maitrisent la fabrication d’armes et outils en Bronze, maitrisent la conduite des chevaux, possèdent des chariots pour le transport

  • Culturels : ils enterrent leurs morts, signe d’une cohésion sociale forte

Ils amènent leur savoir-faire et imposeront leur langue

  • Génotypal :

Leur conférant une grande taille, un poids corporel important (la taille moyenne des « hommes Yamniki » était de 175 cm, alors que la taille moyenne des hommes en Europe était de 165 cm),

Les recherches suggèrent également que les nomades des steppes jouissaient d'une santé enviable, en grande partie grâce à une alimentation riche comprenant du lait cru (jusqu'à 1/4 de la population adulte Yamniki possédait un gène qui les rend résistants au lactose à l'âge adulte), de la viande, du miel et une petite quantité de produits céréaliers. 


Tous les représentants des nouvelles cultures n'avaient pas de gènes de steppe, ce qui peut être une conséquence d'une exogamie active (les Yamniki venus étaient majoritairement des hommes) et de l'afflux de migrants d'autres communautés ethniques. 

Objets de la culture Yamnaya

Objets de la culture Yamnaya

Objets de la culture Yamnaya

Collections de l’Ermitage



Langues Indo-Européennes

 

Les représentants de la culture Yamnaya étaient des Indo-européens - un groupe ethnique qui parlait la langue proto-indo-européenne et ses dialectes. Ils n'ont pas été les premiers à parler le proto-indo-européen, mais ce sont eux qui ont introduit les dialectes indo-européens en Europe, et avec eux le système mythologique indo-européen.


Toutes les langues indo-européennes sont de lointains descendants de la langue proto-indo-européenne parlée par les représentants de la culture Yamnaya. Le peuple Yamnaya, qui vivait dans la partie sud de la plaine d'Europe de l'Est au Chalcolithique, a introduit et diffusé sa langue sur tout le continent européen au début de l'âge du bronze. La connaissance des technologies avancées de fabrication du bronze et l'utilisation de charrettes nomades à quatre roues, leur ont permis de migrer en masse au plus profond du continent européen, et de remplacer ou d'assimiler les populations locales. Bien que la question de l'origine de presque toutes les langues européennes modernes à partir d'un seul ancêtre soit indéniable, de nombreux aspects de la culture Yamnaya en tant que source principale de cette origine, donnent encore lieu à des controverses et à des spéculations scientifiques.


Au moment où les représentants de la culture Yamnaya ont commencé à migrer vers l'Europe, la langue proto-indo-européenne existait depuis longtemps et avait réussi à se diviser en dialectes. Il y a encore un débat sur la patrie ancestrale des Yamniki et de la langue proto-indo-européenne ; pour le moment, le candidat le plus probable est la Ciscaucasie, les vastes steppes situées entre la mer d'Azov et la mer Caspienne. Les « Yamniki » n'étaient pas ethniquement homogènes, mais étaient un mélange d'EHG, qui ont migré le long des rivières de la zone forestière de la plaine d'Europe de l'Est jusqu'à la zone de steppe, et de chasseurs-cueilleurs caucasiens CHG, qui sont descendus des montagnes dans la steppe d'Azov. vers 6500-6000 avant JC. sous la pression de la migration des agriculteurs d'Anatolie. On peut supposer que ce sont ces CHG, qui ont rejoint la culture Khvalyn, qui ont été les premiers à parler la langue proto-indo-européenne.


La culture Yamnaya a joué un rôle central dans l'essor de l'équitation et par la, l'expansion des populations indo-européennes, marquant une étape décisive dans l'histoire de l'humanité.



Pour les nombreux candidats au tourisme et à l'expatriation vers la Russie, ou pour simplement compléter votre initiation au monde Russe et à sa langue, je vous recommande le site suivant :

 

Pour bénéficier de 10% de remise, Utilisez le Code promo : culture-russe10

 

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page