top of page
  • Photo du rédacteurAlain Mihelic

L’Art Nouveau en Russie : La Maison Gorki

Je vous propose la visite d’une Réalisation emblématique du mouvement Art Nouveau en Russie : le manoir Riabouchinski, situé à Moscou, rue Malaia Nikitskaia, 6/2, bâtiment 5.

Cette œuvre splendide témoigne du raffinement et de l'originalité du style moderne qui séduisait tant la haute société russe du début du XXe siècle.

Elle est couramment appelée la Maison Gorki.

 

Dans l'effervescence créative de cette époque, le style Art Nouveau fleurissait à travers la Russie, offrant des joyaux architecturaux tels que la Maison Singer et l'Épicerie Elisseïev (Gavriil Baranovski (1860-1920) est l'architecte de ces réalisations brillantes), toutes deux à Saint-Pétersbourg, témoignant de l'engouement de la haute société pour cette esthétique novatrice.

Nous aurons l’occasion de revenir, dans d'autres articles, sur quelques créations particulièrement réussies et originales.

 

Le style moderne (terme russe pour désigner l'Art nouveau) était très populaire en Russie à l’aube du XXe siècle. Les riches marchands et les industriels ne voulaient plus vivre dans des maisons ordinaires de style Empire. Ils voulaient quelque chose de nouveau, d'original. Nous avons ainsi de nos jours des édifices exquis, semblables à des perles, disséminées dans le vieux centre de Moscou, et de quelques grandes villes.

 


Fiodor Osipovitch Shekhtel


La Maison Gorki est l’œuvre de Fiodor Osipovitch Shekhtel.

Shekhtel (son vrai prénom est Franz), était issu d'une famille allemande. Les Shekhtel ont quitté la Bavière pour s'installer en Russie à la fin du XVIIIe siècle, à l'époque de Catherine II, et ont vécu longtemps à Saratov. Malheureusement, même si la famille était assez riche, après la mort du père Fiodor Osipovitch, elle a connu la faillite.


La situation financière était si désastreuse que la mère de Shekhtel a été contrainte d’abandonner ses deux enfants pour qu’ils soient élevés par d’autres familles. À l'âge de 16 ans, Fiodor s'installe à Moscou, où sa mère obtient un emploi de femme de ménage dans la maison de Pavel Mikhaïlovitch Tretiakov. Ainsi, leurs relations ont commencé avec ce merveilleux philanthrope, le créateur de la galerie Tretiakov.


A travers sa mère, Fiodor Shekhtel est entré dans la famille Tretiakov presque comme dans une famille adoptive. Dès son arrivée, il intègre l'École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou au département d'architecture.

 

Fiodor fut contraint d'aider sa mère et de travailler dès sa plus tendre jeunesse. Il a commencé à collaborer avec Alexander Kaminsky, l'architecte de la famille Tretiakov. De nombreux bâtiments, avant la création de la galerie Tretiakov, sont attribués à Kaminsky.


Photographie de Fiodor Shekhtel

Fiodor Shekhtel aux baccantes fournies


Fiodor Shekhtel a ainsi commencé sa carrière dans l'architecture en tant qu'assistant de Kaminsky. Il a donc souvent séché ses cours à l'école de Moscou, dont il a finalement été expulsé. Ce fut un problème pour son avenir, car il n'a jamais reçu de diplôme officiel d'architecte.

Même au moment de sa plus grande renommée, quand de nombreuses personnes se tournaient vers lui pour des projets, il devait officiellement travailler sous la supervision de quelqu'un d'autre et ne pouvait signer ses projets qu’en tant que "technicien en architecture".


Seul le manoir de Spiridonovka a permis à Shekhtel d'obtenir le statut officiel d'architecte. Ce fut une étape importante dans sa vie.


Nous reviendrons sur cette construction exceptionnelle dans un article futur.


Chekhtel a créé plus de 200 projets architecturaux, et plus de 80 bâtiments qu'il a construit ont traversé le temps.

 

 

Art Nouveau en Russie : Le Manoir Riabouchinski, ou Maison Gorki


Le manoir a été édifié en 1900-1903 pour le compte du banquier et industriel S.P. Riabouchinski.

La maison-musée Gorki est l'un des rares manoirs Art nouveau ouverts à la visite, car de nombreux autres, sont maintenant utilisés comme ambassades.

 

Vue Extérieure du Manoir, en Hiver

Vue Extérieure du Manoir, en Hiver


Stepan Pavlovitch Riabouchinski (Степан Павлович Рябушинский) était un riche mécène, très au fait des évolutions artistiques de son temps, et il confia la construction de sa maison à son ami, l’architecte : Fédor Osipovitch Chekhtel ou Shekhtel (Федор Осипович Шехтель).

 

Riabouchinski était un marchand, et membre de l’une des plus riches familles de son temps, appuyant sa fortune sur l’industrie cotonnière, avec ses capacités de production situées à Vychni Volotchiok à 276 kilomètres au nord-ouest de Moscou.

 

À la suite de la révolution de 1917, la majeure partie des membres de la famille a fui la Russie et de nos jours, les héritiers Riabouchinski vivent en France, Italie, Grande-Bretagne, et aux États-Unis.

 

Stepan Riabouchinski fut l'un des premiers dans l'histoire de l'art russe à collectionner et à faire restaurer des icônes anciennes 

 

 

Le Projet et Introduction à Mikhail Vroubel :

 

Chekhtel était adepte du symbolisme architectural. Alliant modernité et respect du désir et intérêts spécifiques des propriétaires.

Chekhtel a conçu le projet des intérieurs et extérieurs du bâtiment. Il a su concevoir un projet où chaque détail, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, témoigne d'une profonde harmonie avec la nature et les aspirations artistiques de l'époque.

 

Les lignes fluides et les motifs floraux, témoins de l'inspiration puisée dans la nature vivante, façonnent avec élégance les espaces intérieurs et extérieurs du manoir. Chaque détail, des poignées de porte jusqu’aux vitraux évocateurs, transporte les visiteurs dans un conte féerique, où le monde terrestre se confond avec le monde céleste.


Pour les décorations intérieures, il travaillera sur ce projet et sur d’autres réalisations exceptionnelles, avec Mikhail Vroubel.

 

Vroubel, auto-portrait

Vroubel, autoportrait

 

Le peintre Vroubel, maitre du symbolisme, élabore un langage original et particulier qui permet aux spectateurs de percevoir sous un jour nouveau ce langage muet des couleurs et des formes.

 

Tableau de Vroubel : Démon assis

Vroubel : Démon assis


Tableau de Vroubel : les Lilas

Vroubel : Lilas

 

 

Les Extérieurs :

 

L'ensemble est typique du style Art Nouveau, très en vogue en ce début du 20eme siècle, mais inclut des éléments d'architecture du néo-gothique anglais et des motifs décoratifs mauresques.


Les façades sont décorées de briques émaillées dans les tons crème, et d'une frise mosaïque aux ornements représentant un jardin de paradis avec des orchidées en fleur.

 

Le Manoir Riabouchinski de nos jours

Le Manoir Riabouchinski de nos jours

 

La grille de clôture et le Balcon en fer forgé, en forme de vagues déferlantes.

 

Chekhtel s'efforce de bannir tout angle droit dans les décorations.

 


Orchidées de la Façade Principale

Orchidées de la Façade Principale

 

 

Détail de Fenêtre et Balcon

Détail de Fenêtre et Balcon

 

 


Le Manoir au début du siècle dernier

Le Manoir au début du siècle dernier

 

 

L’intérieur :

 

La villa comprend un rez-de-chaussée, un étage et des combles.

 

La division symbolique du bâtiment est claire :

  • le rez-de-chaussée représente le monde sous-marin,

  • le premier étage - l'air et

  • le second - au plus haut, la sphère céleste.

 


Le Rez-de-Chaussée :


Shekhtel a créé un monde d'images sur le thème commun de l'élément eau :

  • l'escalier en forme de vague comme symbole de l'éternel mouvement de la vie,

  • des lys, des coquillages, des hippocampes et des salamandres sur les chapiteaux des colonnes de la mystérieuse chapelle des vieux croyants, symbolisant la lutte entre le bien et le mal.

 

Les fenêtres du hall sont décorées d'un immense vitrail en aile de papillon, la mosaïque au sol représente la houle, en un relief en stuc ondulé comme un étang avec des lentilles d'eau et même un escargot.

 

Emblématiques de l'art-nouveau, les lignes fluides inspirées de la nature vivante sculptent les poignées des portes, dansent sur le parquet et s’imposent partout.

Tout contribue à créer une ambiance digne d'un conte fantastique.

 

Avec son design intérieur unique, l’édifice vous donne en effet l’impression d’être dans les fonds marins, avec une sublime cage d’escalier en forme de vague et une lampe en forme de méduse juste au-dessus. De nombreux animaux et plantes marines peuvent d’ailleurs être observés en divers endroits de la demeure.


Entrer dans la salle est comme plonger dans un royaume sous-marin. Le motif sur le sol évoque des cailloux côtiers, l'escalier principal monte comme une vague de mer, un lustre de méduses fantastique est suspendu au-dessus du hall.

 

L'escalier d'honneur et sa Méduse

L'escalier d'honneur et sa Méduse


L'escalier d'honneur, exceptionnel, est construit en marbre blanc poli.

Les murs sont de ton vert clair.


L’Exceptionnel Escalier d'honneur, pièce maitresse de la Maison

L’Exceptionnel Escalier d'honneur pièce maitresse de la Maison


Cet escalier d'honneur se trouve au milieu du rez-de-chaussée, dans le hall dont les plafonds s'élèvent à douze mètres de hauteur.


L’Impressionnante Méduse

L’Impressionnante Méduse

 

Les poignées de porte représentent des hippocampes.

D’autres motifs marins et végétaux sont conservés dans les autres pièces.

 

La Bibliothèque en clair-obscur

La Bibliothèque en clair-obscur

 

Neuf vitraux ont été exécutés par Vinogradov selon les dessins de Chekhtel. Ils représentent des paysages de pins et de prés, donnant ainsi l'illusion d’une ouverture vers l'extérieur.

 

Vitrail de Vinogradov, sur dessin de Shekhtel

Vitrail de Vinogradov, sur dessin de Shekhtel

 


Vitrail de Vinogradov, sur dessin de Shekhtel

Vitrail de Vinogradov, sur dessin de Shekhtel

 

Le Premier Etage :

 


Colonne en Porphyre du premier étage

Colonne en Porphyre du premier étage


La colonne du premier étage est en porphyre. Elle est couronnée d’un chapiteau orné d’une composition sculptée représentant des nénuphars et des Lézards.

 

Le pallier de l'etage, avec la colonne de Porphyre

Le pallier de l'étage, avec la colonne de Porphyre

 


Pseudo Classicisme dans les appartements intimes ?

Pseudo Classicisme dans les appartements intimes ?

 


Les pièces de vie intime

Les pièces de vie intime



La Salle a Manger

Salle à Manger



Chambre sans opulence

Chambre sans opulence


Le Second étage secret :

 

Au second étage, une salle de prière secrète était aménagée, cachée des regards indiscrets, non seulement de l'intérieur du manoir, mais aussi de l'extérieur.

 

La conception du bâtiment est agencée de manière que visuellement, il ne comporte que deux niveaux, et cache le grenier, en le masquant avec un décor riche et de grandes fenêtres.

Pour arriver là-haut, il fallait passer par l'étroite galerie du premier étage puis gravir des escaliers sombres jusqu'au deuxième.

Ce passage symbolise le chemin de l'ascétisme, de l'humilité et de l'ascension depuis le monde terrestre vers le monde céleste conformément à la doctrine chrétienne.

 

Mais pourquoi donc cet homme si respecté, a-t-il formulé une telle demande ? La réponse est « prudence » : les Riabouchinski étaient des vieux-croyants, une communauté orthodoxe ne reconnaissant pas les réformes religieuses du XVIIe siècle et vivant selon les traditions antérieures (Voir Article : "les-orthodoxes-vieux-croyants").


Ces croyances ont cependant été interdites en Russie jusqu’à 1905, et leurs adeptes étaient forcés de concilier leur foi et les normes dominantes de l’Église.


La magnifique chapelle du Manoir Riabouchinski a par conséquent été construite de façon à ne pas être discernable de l’extérieur.


La resplendissante chapelle du Manoir

La resplendissante chapelle du Manoir

 

 

La Chapelle du Manoir

La Chapelle du Manoir


La pièce a été réalisée par Chekhtel dans le style des premières églises chrétiennes. Au niveau de la clef de la voûte, de petits fenestrons laissent entrer la lumière naturelle.


Le Ciel Etoilé de la Chapelle

Le Ciel Etoilé de la Chapelle

 

Les murs couleur argile rouge sont peints de motifs reproduisant le ciel étoilé.

Cette salle de prière, véritable sanctuaire dissimulé des regards, où l'on peut encore sentir l'empreinte des croyances et des aspirations spirituelles de ses anciens habitants.

 

 

L'Histoire Mouvementée du Manoir :

 

À la suite de la Révolution et au départ de la famille Riabouchinski, l’hôtel particulier a été réquisitionné et mis à disposition de diverses institutions gouvernementales soviétiques : département des visas et passeports, maison d’édition d’État Gosizdat à partir de 1919, un internat pour les enfants des membres du Parti des travailleurs, puis en 1925-1931, la Société nationale pour les relations culturelles avec les pays étrangers s’y installe.

Du mobilier et des éléments de décor disparaissent à cette époque. Le système de ventilation très moderne est détruit.

 

En 1931, Staline mettra le manoir à la disposition de Maxim Gorki.


Plus tard, en 1965, le musée dédié à l'écrivain y sera ouvert.


La Bibliothèque

La Bibliothèque



Plafond de la Bibliothèque

Plafond de la Bibliothèque

 

 


L'ensemble du Plafond de la Bibliothèque

Le Plafond de la Bibliothèque dans sa splendeur



Somptuosité des Plafonds

Somptuosité des Plafonds



La Piece Centrale de vie

La Pièce Centrale de vie


  

L’Empreinte de Gorki sur la Maison :

 

En 1931, le manoir accueille l’éminent Gorki, qui était revenu en Union soviétique après une dizaine d’années passées en Europe. Gorki avait initialement soutenu la Révolution, mais il avait vivement critiqué les méthodes de gouvernance des bolcheviks et avait préféré émigrer, en Italie notamment, prudence oblige et raisons de santé invoquées.

 

il décide de rentrer en Union Soviétique, rassuré par les autorités. qui lui offrent une vie très confortable avec à sa disposition un manoir luxueux, une datcha et tous les honneurs possibles.

 

En fait Gorki n’a jamais apprécié ce manoir, le considérant trop fastueux pour un révolutionnaire. « C’est grand, grandiose, il n’y a rien qui prête à sourire …, avait-il l’habitude de dire. Cela serait mieux s’ils nous donnaient un bon appartement ». Il y séjournera pourtant jusqu’à sa mort.

 

Le bâtiment fut restauré et meublé pour l’arrivée du grand homme. A sa demande, seuls    des changements mineurs furent apportés. Cependant, dans la salle à manger, on enleva l’imposante cheminée qui ressemblait, au dire de l’écrivain, à une énorme gueule béante.


L’état de la salle à manger avant démontage de la Cheminée

L’état de la salle à manger avant démontage de la Cheminée

 

Ce sont, le cabinet de travail et la bibliothèque, qui donnent l’idée la plus complète de la personnalité de Maxime Gorki.

Dans son cabinet de travail, l’élément le plus remarquable est le bureau. Il n’est pas d’un modèle courant, ne comporte pas de corps à tiroirs. Massif, imposant, il a été exécuté sur commande, bâti sur le modèle de la table de cuisine qu’il avait étant jeune écrivain, vivant encore à Nijni-Novgorod.

Où qu’il ait vécu ensuite, que ce soit à Sorrente (Italie), à Tessel (Crimée), et à Gorki (près de Moscou), il commandait toujours le même modèle.


Maxime Gorki à sa table de travail

Maxime Gorki à sa table de travail


Tous les objets ont été mis en place et disposés avec soin par la main de Gorki. C’est un lieu de travail organisé avec précision, où l’ordre extérieur reflète une détermination et une concentration intérieures.


La journée de travail de l’écrivain durait de dix à douze heures, sans jour de repos ou de fête. D’où sa fécondité. On édite aujourd’hui ses œuvres complètes. Trente-cinq tomes d’œuvres littéraires, comprenant des versions différentes, ont déjà paru ; les vingt-cinq tomes de lettres sont prêts à paraître ; l’étape suivante sera composee d’articles politiques et sociaux – et devrait représenter également vingt-cinq tomes, soit plus de quatre-vingts tomes au total.

Tel est l’exploit littéraire de Gorki


Sur le mur, en face de son bureau, Gorki avait lui-même accroché la Vue générale de Sorrente, du peintre Pavel Korine. Au-dessus du paysage se trouve une copie de la Madone Litta de Léonard de Vinci, exécutée par Alexandre Korine.

C’est ainsi que Gorki exprimait son amour pour l’Italie, pays dont l’hospitalité lui fut si longuement offerte. On trouve aussi un petit portrait de Stendhal, que Gorki aimait beaucoup ; il emportait toujours avec lui ses livres, qu’il relisait régulièrement.

 

A côté du cabinet de travail se trouve la bibliothèque.

Du premier aménagement intérieur ne subsistent que le damas vert tendu sur les murs et le plafond peint. Des bibliothèques spécialement aménagées encadrent toute la pièce.

 

Vue de la Bibliothèque

Autre Vue de la Bibliothèque

 

Comme elles ne pouvaient contenir tous les livres, on en a aussi installé dans le vestibule et dans l’escalier conduisant au premier étage. La bibliothèque personnelle de Gorki compte 12 000 ouvrages couvrant divers domaines : philosophie, histoire, ethnographie, médecine, sciences naturelles, art, religion.

La littérature russe et étrangère y occupe, bien sûr, une place de choix.

 

L'empreinte de Gorki, discrète mais indélébile, imprègne encore les murs de la demeure, témoignant de l'union entre l'art et la littérature, entre l'histoire et la créativité.


L'écrivain y a vécu jusqu'à sa mort en 1936, la veuve de son fils a aussi vécu dans cette maison jusqu'à son décès en 1965. Le musée Gorki a été ouvert en 1995.



Aujourd’hui, le musée connaît une vie intense. Il accueille un grand nombre de visiteurs individuels et de groupes. Des soirées musicales y sont organisées, comme du vivant de l’écrivain.

 

Le musée Gorki ouvre ses portes aux visiteurs du monde entier, offrant un voyage enchanteur à travers les méandres de l'histoire et de l'art russes.

Un témoignage vivant de l'éternelle fascination pour la beauté et la grandeur de l'âme russe, incarnée dans chaque pierre de ce joyau architectural.


Pièce de Distribution

Belle Pièce de Distribution



Pour les nombreux candidats au tourisme et à l'expatriation vers la Russie, ou pour simplement compléter votre initiation au monde Russe et à sa langue, je vous recommande le site suivant :


Pour bénéficier de 10% de remise, Utilisez le Code promo : culture-russe10


Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page