• Alain Mihelic

Les Crèmes Glacées Soviétiques

Dernière mise à jour : août 9

Les étrangers, du temps de l’URSS, rêvaient d’y séjourner et y tourister pour plusieurs raisons :

* admirer les ballets du Bolchoy,

· S’épanouir au cirque

· Retrouver Natasha sur la place Rouge

· Se coller un frisson en passant devant la Lubianka (siège du KGB)

· Et surtout goûter les Crèmes Glacées !


Parlons donc aujourd’hui des Glaces Soviétiques. Nous aborderons les autres points un peu plus tard !

Pour tout le monde, la Glace, c’est italien et le Sorbet français ; mais que vient faire la Russie dans la cour des champions de l’esquimau et du cornet mignardise sucrée, léchés si avidement au soleil cuisant de l’été ?

Foin de chiffres exacts, mais ici, au kilo de gourmand il faut aisément associer trois kilos de glace tous parfums et fruits confondus, ce qui place la Russie dans le peloton de tête des Glacivores et autres Cryophages ! (6 litres par habitant en France)


Nota : Sur les illustrations et Photos ci-dessous : morojenoye (мороженое) = glaces


Débit de Glaçons

Storique

Le 4 novembre 1937, la première glace soviétique a été produite dans une entreprise Russe, équipée du matériel américain le plus moderne de l'époque, importé des États-Unis par Mikoyan, membre du comité central du parti et ministre de quelque chose. Pour info, Anastas Mikoyan a introduit à l’époque un tas d’idées de productions américaines : hamburger, réfrigérateurs, production de pain mécanisée, champagne soviétique, mayonnaise.


Cette production doit sa réputation au respect strict de la Norme GOST 117-41 "Crème glacée, coupe glacée, fruits et baies, aromatiques", introduite le 12 mars 1941 et qui peut être considérée comme l'une des normes les plus strictes au monde. La crème glacée était fabriquée à partir de lait de vache pur, sans conservateurs ni graisses végétales, elle avait ainsi un goût extraordinaire.



Tache que ça crache la Glache sans relâche


Malheureusement les bonnes glaces ont une fin, et depuis 1966, la crème glacée a commencé à être produite non pas selon la norme de l'État, mais selon les conditions techniques définies par chaque république, et meme à partir de 1980 - selon les normes fixées par les industriels.

Néanmoins, la glace était toujours savoureuse, car sa qualité était contrôlée sur un système à 100 points, la note la plus élevée et portant la mention : « extra ».


En outre, un contrôle sérieux pour l’époque, était exercé par l'Inspection nationale du commerce, le Gosstandart et les organes de surveillance sanitaire et épidémiologique.

De plus, le délai de vente des glaces était limité à une semaine, contre six mois et plus maintenant ! Le début de la fin de la glace soviétique, a coïncidé avec l'amorce de la perestroïka de Gorbatchev, en 1989.


Affriolante Pub Soviétique


A ce même moment, la Russie, acceptait un flot de glaces importées, présentées dans des emballages chatoyants, alléchants, mais loin d'être de la meilleure qualité. Jusqu'à 42 000 tonnes de crème glacée par an arrivèrent sur le marché russe en provenance d'Europe, principalement de Pologne.

Comme une conséquence de ces importations, a cette meme époque, le lactosérum est apparu dans le produit à la place du lait, puis la graisse animale a été remplacée par de l'huile de colza, de palme, de soja et de copra. Ces nouveaux types de crèmes glacées ont commencé à inclure du lait concentré, des colorants, des émulsifiants et des stabilisants.

Il ne reste guère que des souvenirs du goût des vraies glaces "soviétiques"...


Les Glaces d’aujourd’hui ? Beh sont comme chez nous … :



Composition recente :


Glace : Crème de lait, lait en poudre avec sucre,

Glaçage et autres additifs : crème chocolat (avec beurre, sucre, poudre de Cacao et huiles végétales de palme et tournesol), lait concentre écrémé, sucre, beurre, mélange d’émulsifiants ( mono et di-glycérides ) et stabilisateurs (gomme de guar, gomme de Caroube, Extrait d’Algue Rouge) . Aromatisateurs divers, un peu de stéarate et des colorants par millier pour faire joli.


Quelques Chiffres


Aujourd'hui, selon l'Association des producteurs de crème glacée et d'aliments surgelés, en Russie, 80% des fabricants (240 sur 300) fabriquent de la crème glacée à partir de matières grasses végétales.

Selon les statistiques, environ 400 000 tonnes de crème glacée sont produites et consommées en Russie chaque année.

Environ 30% de la crème glacée est vendue en hiver.

L'amour des Russes pour la crème glacée étonne toujours les étrangers. Ils ont difficulté à accepter et comprendre comment les Russes peuvent manger tranquillement de la crème glacée dans la rue par moins 15 degrés.



Il y avait toujours des files d'attente pour la crème glacée... le réapprovisionnement avait lieu une fois tous les quelques jours... et immédiatement le point de vente était pris d’assaut.


Oui, tel est la nature et la complexion des Russes - et tel est leur amour pour cette délicatesse.



Vu les Manteaux, doit déjà pas faire chaud !

Différents Types de Glaces et leur Prix


À partir de 1966, le prix de la crème glacée, dépendait des conditions fixées par les républiques et les fabricants, en conséquence dans les différentes régions de l'Union, il changeait quelque peu.

Difficile de s’y retrouver parfois, car selon les producteurs, un meme nom pouvait se rapporter a un produit diffèrent. Des enrobages nouveaux, des emballages divers, des adjonctions sporadiques de fruits, noix, noisettes. Le tout sur une période de 50 années !

Voici un florilège largement non exhaustif de ces spécialités, avec quelques explications et commentaires.


Petit Panoramix des Glaces Sovietix


Lakomka 28 kopecks Fruits et Baies 7 kp Glace Crème, Gobelet Gaufre 19 kp


Tomatnoye 10 kp Leningradskoye 22 kp Eskimo 11 kp


Plombir a la Crème 48 kp Eskimo 11 k Plombir en Cornet 20 kp


En français : Plombière : glace vanille, aux fruits confits. Cassate.


Glace ordinaire Gobelet Gaufré

La plus populaire dans l'Union était une crème glacée ordinaire dans un gobelet en gaufre (Mention spéciale lorsque la tasse en gaufre croquait sous la dent). Jusqu'aux années 80, cela coûtait 19 kopecks, et la monnaie d'un kopeck, bien sûr, revenait à la vendeuse. Sur la Photo ci-dessus, elle est en haut à droite (pas la vendeuse, mais la glace).

Ensuite, les autorités ont réalisé que ce tarif n’était pas correct et la crème glacée a coûté exactement 20 kopecks, tant pis pour la vendeuse.

La crème glacée la plus savoureuse dans les coupes en gaufre, était probablement vendue dans les magasins TSUM, GUM et Dietsky Mir de Moscou.


C'est le plateau des MilleGlaces. Et en plus avec le Sourire !


La coupe en pâte à gaufre se vendait également avec une variante crème glacée crémeuse décorée d’une rose rose, grasse à base de beurre. Cela s'appelait un gâteau à la crème glacée et vous coûtait 28 kopecks.

Glace ordinaire Gobelet Papier

Une glace ordinaire dans un gobelet en papier coûtait 10 kopecks. Anatoly notre ami se vantait d’avoir réussi y boire de la vodka alors qu'il n'avait pas d'autre récipient. Certes, ces verres improvisés fuyaient et devaient être bus très rapidement, mais le goût de la vodka dans un tel verre était assez spécifique disait-il, car les restes de crème glacée lui donnaient une saveur laiteuse et sucrée ! Pas tenté l’expérience.


Rencontre entre concurrents : Ca jette un froid


Glace Fruits et baies

Cette crème glacée simple était produite à partir de sirops de divers fruits et de sucre de betterave, additionné de stabilisants, d'acides alimentaires et de substances aromatiques pour renforcer l’arôme. Elle est située en haut au centre sur la réclame précédente.

La recette dépendait du type d'extrait de fruit, de la concentration et de l'intensité requise de l'arôme de la crème glacée. Les variétés étaient nombreuses de ces glaces aux fruits et baies : fraise, framboise, cassis, raisin, mûre, airelle, myrtille, canneberge, melon, rhubarbe, pomme, coing, poire, orange, mandarine, abricot, cerise, pêche, prune, cornouiller, sorbier !



Chaland qui passe regarde-toi dans ma Glace


Ces glaces « aux fruits et aux baies » étaient vendues dans un gobelet en papier accompagné d'un bâtonnet.

Les consommateurs camarades-citoyens soviétiques étaient divisés en trois grandes catégories : - ceux qui adoraient cette glace ; - ceux qui ne l'aimaient pas du tout, car trop éloignée de la vraie et délicieuse crème glacée crémeuse, et en plus le contenant n’était meme pas comestible. - ceux qui achetaient des "fruits et baies" à cause du manque de moyen, car elle ne coûtait que 7 kopecks.


Lakomka

En Haut à gauche sur la Photo réclame Panoramix, Lakomka et sa variante Borodino étaient et restent parmi les variétés de glaces les plus populaires en Russie.

Le Lakomka (traduction : Friandise, Petit Plaisir) est une crème glacée présentée en tube, enrobé d’une belle couche de chocolat saupoudré de chapelure de gaufrettes et de noix, le tout a 28 kopecks, pour 100 grammes



Lakomka : Petit Plaisir


Borodino est une variation sur "Lakomka". L'émergence de ce type de crème glacée est dû à un cas de force majeure lié à une anomalie météorologique (gel) inattendue en Amérique latine avec pour conséquence, une diminution des exportations de fèves de cacao depuis ces régions. Le moyen de sortir de cette situation était le glaçage de la crème glacée avec de la crème brûlée en mousse.

La crème brulée était obtenue en mélangeant du caramel (beurre et sucre fondus) et du sucre brulé Prix ​​: 23 kopecks pour 100g.


Glace à la Tomate ( Sur la réclame : 2eme ligne, à Gauche)


Rare photo de la "Tomate"


La glace à la tomate, dont les gens se souviennent parfois, est apparue au milieu des années 70 et consistait en une crème glacée ordinaire fourrée à la tomate. Cette glace était rarement trouvée en vente et n'était pas très populaire, puis elle a complètement disparu. Dommage pour l’originalité, elle avait pourtant ses adeptes.

La "Tomate" appartenait au groupe de ces glaces pour amateurs éclairés, qui comprenait également : "pruneau à la cannelle", "glace à la carotte", "abricots à la crème", etc.

Le goût de cette crème glacée était suffisamment particulier, pour que d’aucuns l'admirent encore sincèrement aujourd’hui, et que par contre d'autres s'en souviennent avec un frisson.

La "Tomate" était produite à partir d'un mélange contenant de la purée et du jus de tomate, du sucre, de la gélose, de l'acide citrique et de l'eau. Pour la production de crème glacée, des variétés de tomates sucrées et charnues avec un bon arôme étaient utilisées.

Elle était vendue dans un gobelet en papier avec un bâton en bois en guise de cuiller, et coûtait 10 à 12 kopecks.


De nos jours, la crème glacée à la tomate reste un produit exotique, inexploré et peu testé. Dans les rayons des magasins, vous pouvez en trouver, mais c’est une rareté destinée aux nostalgiques.


Glace sur Neige, Pas froid aux yeux


Esquimau Kashtan (2eme ligne à Droite)

L’esquimau "Kashtan", sur son petit bout de bois, dans un glaçage au chocolat (qui, pour une raison mystérieuse, ne s’effondrait pas à la première croque, comme maintenant), saupoudré de petits éclats de châtaigne grillée, avec à l'intérieur une crème glacée renforcée de crème et de beurre (plombir), était vraiment un délice. Mais il coutait cher : 28 kopecks, et on n’en voyait pas souvent en vente (ce prix était égal à neuf billets de tramway !)


Kashtan, la jouissance maximale !


Encore plus rarement, on pouvait trouver le "Kashtan" non pas avec une glace à la crème au lait à l’intérieur, mais avec une crème au chocolat. Une folie !


La récompense après Défilé patriotique, au Park Gorki


Leningradskoye (Au Centre du Panoramix)

Leningradskoe était assez similaire au Kashtan - également en glaçage au chocolat, seulement à l'intérieur il n'y avait pas de glace crémeuse renforcée, mais une glace simple. Le vrai "Leningradskoye" de St Pétersbourg, coûtait 22 kopecks, et il ne faut pas le confondre avec le "Leningradskoye" de Moscou qui contenait également des débris de noix à l'intérieur, et qui lui valait 30 kopecks. Nuance !



Fais donc un Sourire mon Gars !


Plombir a la Crème

Des variétés de glaces chères étaient présentées dans des emballages en papier, et la grande glace familiale Plombir, dans une boîte en carton carrée, ou en papier d'aluminium. C'était une glace conçue pour être mangée par toute la famille, et elle coûtait 48 kopecks.



Glace Plombir a la Crème, la Crème des Glaces


Plombir en Cône

Cône de gaufre fourré de crème glacée Plombir (ajout de crème) avec un glaçage chocolat, le tout pour 18 kopecks.



Cône …. Art


On trouvait aussi au grès des arrivages :


Briquette avec des gaufres des deux côtés

A la " Crème brûlée " pour 28 kopecks.


Printemps – une crème glacée à base de matières premières laitières additionnées de charges aromatisantes - miel naturel (13% en poids du produit fini) et sève de bouleau (8%).

Ingrédients : lait entier 3,2% MG, crème 20%, beurre paysan, lait entier concentré sucré, lait entier en poudre, miel naturel, sève de bouleau, sucre, agar, vanilline.


Tricône Sur la Mer Noire



Crème brûlée - lait, crème ou crème glacée avec une saveur caractéristique de caramel-vanille, à base de lait concentré, de sucre et d'eau.

Ingrédients : mélange de lait, sucre cristallisé. Prix ​​: 15 kopecks. (pour 100g.)


Morozko - crème ou crème glacée à teneur réduite en saccharose et en matières grasses.

Ingrédients : lait entier 3,2% de matière grasse, beurre non salé, lait entier concentré sucré, lait entier en poudre, lait écrémé en poudre, sucre, gélatine, agar. Prix ​​: 18 kopecks. (pour 100g.)


Café – Glacier a l’Européenne sur Novy Arbat


Et il y avait aussi pour les plus aisés, des "Café Glacier", où des boules colorées de crème glacée blanche, crème brûlée, chocolat, noix, rose étaient placées dans des sorbetières avec une cuillère. Pouvait être versé par dessus : du chocolat liquide ou des sirops de fruits et des confitures, et saupoudré d’éclats de noisettes ou de chocolat râpé. Gargantuesque !


Loin de la Coupe aux lèvres


Dans ces cafés spécialisés (ou dans les simples restaurants), il y avait même des délices tels que des glaces avec du champagne, du cognac et des liqueurs, et même des glaces avec un morceau d'alcool solide, brûlant sur le dessus.


Inspiré de :

https://svetorusie.livejournal.com/262670.html



45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout