• Alain Mihelic

Permafrost mon chéri, ton dégel est-il si problématique ?

Dernière mise à jour : juin 20


Le pergélisol ou le permafrost russe
Russie : Le pergélisol ou Permafrost

Le Pergélisol ou Permafrost


Le permafrost est un terme géologique, utilisé pour désigner des terrains qui restent en permanence gelés. Le Permafrost couvre un cinquième de la surface terrestre dont la moitié de la Russie (voir Carte ci-dessous). Une bonne raison pour s’y intéresser.


Carte du Pergélisol (Permafrost) Russe
Carte de l'extension du Pergélisol Russe
Russie, pergélisol, permafrost, Yamal, paysage d'automne
Paysage automnal du Pergélisol (Permafrost) Russe

Le permafrost c’est 25% des terres émergées de l’hémisphère Nord.


Débutant à peu près au niveau du cercle polaire arctique, la toundra prend le relais de la taïga. La forêt de pins et sapins, fait place à une végétation/topographie minimaliste sans arbres ni relief. Sous la couche mince de végétation : la glace, donc pas de racines profondes, donc pas d’arbres.

Le permafrost apparaît lorsque le dégel au cours été n’est plus suffisant pour faire fondre toute la neige et la glace accumulées l’hiver, et à part une fonte superficielle, le dessous reste de marbre, enfin de glace. Un phénomène lent, d’enfoncement de ces glaces (la subsidence) du au poids, engrange ainsi des épaisseurs considérables de glaces et sédiments (sables, argiles) et résidus végétaux de tourbe.

Cette accumulation gelée de matière apportée par les précipitations, par les vents et par les rivières, atteint des épaisseurs de 50 mètres, au niveau approximatif du cercle polaire, et jusqu’à 800 mètres plus au nord, là où commencent les mers de Barents, de Kara et de Laptev.

Les végétaux emprisonnés dans la masse gelée, et graduellement enfouis, continuent leur dégradation, et produisent des gaz de décomposition.


Vous trouverez plus d’information sur la Toundra dans mon article : La Toundra un Monde Impitoyable.


La Toundra, les hydrates de gaz et le réchauffement climatique


Lors du dégel du printemps, la plaine devient un immense marigot.

Russie, Toundra, Paysage du dégel
Paysage du dégel dans la Toundra Russe. (Photo Vladimir Trofimov)

Ce marais est parsemé de lacs et de cratères. La péninsule de Yamal (péninsule prolongement Nord de l'Oural) (photo ci-dessous), à elle seule en compte près de 300 000, de forme assez régulière ronde, plus ou moins grands, parfois sans poissons, signes de l’activité continue de production et de remontée des gaz méthane du permafrost (pergélisol) sous-jacent et de leur expulsion vers la surface.

En langue Nenets, Yamal , signifie « Bout de la Terre », ou si l'on veut « Fin du Monde », je crois que c’est d’une grande justesse.


Russie, la Toundra parsemée de lacs et de cratères
Russie : La Toundra, parsemée de lacs

Ces gaz sont piégés dans le permafrost sous forme d’hydrates, structures glacées alvéolaires, créés dans des conditions de température et de pression particulières. Les volumes de gaz impliqués sont faramineux si on considère qu’un m3 d’hydrate peut agréger en profondeur, jusqu’à 160 m3 de différents gaz, en majorité du méthane mais aussi butane et propane.

Le Pergelisol (Permafrost) glace massive et débris végétaux
Le Pergelisol, glace et débris vegetaux

Ces gaz, s’accumulent en poches gigantesques et a forte pression, qui lentement remontent vers la surface.

Les poches de gaz piégé dans le permafrost
Le gaz piégé dans le permafrost, soulève les terrains

Telle une éruption, la bulle soulève puis expulse les terrains qui lui forment chapeau, et s’échappe dans l’atmosphère, créant un cratère aux dimensions herculéennes.

Cratère formé par l'Expulsion des poches de gaz piégé dans le permafrost
Resultat de l'Expulsion d'une poche de gaz piégée dans le permafrost

Le cratère pris en photo, ci-dessus, faisait 60 mètres de profondeur avant que la fonte des neiges ne le comble partiellement. Il formera lui aussi un de des innombrables lacs qui parsèment cette terre.

De plus, de part le réchauffement, les lacs se multiplient. Dans chacun d’eux, des micro-organismes colonisent les eaux et se nourrissent des vases et des végétaux déposés. Du méthane et du CO2 sont les sous-produits de cette action, et filent direction l’atmosphère.


Ce phénomène est de nos jours un vrai sujet de préoccupation pour l’environnement planétaire car les quantités de gaz à effet de serre mis en jeux sont considérables et pourrait accélérer significativement le réchauffement climatique global.


Un nouveau péril potentiel, lié à la fonte du pergélisol : le risque viral, par la libération dans l’atmosphère de virus et de bactéries assoupis depuis des dizaines de milliers d’années, ancêtres des mutants actuels. En 2016, les éleveurs locaux ont perdu des bêtes par milliers et un enfant est décédé, contaminés par l’Antrax (virus du charbon).

Des chercheurs ont découvert en 2014 et 2015, 2 virus géants, le Pithovirus et le Mollivirus Sibericum par prélèvements dans des couches dégelées.



Un nouveau phénomène apparaît depuis une quinzaine d’années, dans les rares zones arborées ou la couche d’humus recouvrant le permafrost est plus épaisse et permet une maigre futaie : « la foret ivre ». À cause de l’instabilité récente du sous-jacent, les arbres penchent de façon aléatoire, donnant un avant-gout d’agonie et d’anéantissement.


Permafrost, pergelisol, foret dansante, foret Ivre
Foret Ivre ou Foret Dansante selon l'humeur ou les penchants


Mammouth en perdition :


Il se négocie dans ces contrées, en sous-main, des dents de mammouth et autres petits osselets. Ne connaissant pas la réglementation je ne me suis pas laissé tenter.

Les restes de mammouth dans le permafrost russe
Gros plan sur la Canine en or de Mister Mammouth dans le permafrost Russe

Maisons en Perdition :


Les techniques de construction sur le permafrost

A Usinsk, et dans toutes les zones de permafrost, les constructions modernes sont érigées selon une technique très impressionnante : des dizaines de piliers de béton précontraint, de dimension approximative 40 cm * 20 cm de section pour une longueur de 15 à 20 mètres, sont enfoncées au marteau pilon jusqu’à refus sur 10 à 15 mètres, puis coupés arasés a environ 2 mètres au-dessus du sol.

Construction sur Permafrost. la Ville de Usinsk. Maisons en Perdition
Vue de Usinsk, pres du cercle Polaire, ville sur Pilotis

Sur ces pieux sont démarrés les travaux de construction proprement dits.

Russie, Permafrost, construction sur Pilotis
Bande de Têtes de Pilasses !

Afin que la chaleur, ne fonde pas la glace située en dessous de lui, le bâtiment est décollé du sol et appuyé sur les têtes de pilasses. Le vide entre le sol et le plancher de la construction est laissé libre pour une ventilation permanente. Maison sur pilotis !!


Construction sur le permafrost russe
Construction sur le permafrost en Russie
Pilotis sur le permafrost russe
Detail des Pilotis dans le permafrost en Russie

D’autres techniques sont parfois appliquées :

- Construction sur châssis rigide, dimensionné a la taille du bâtiment, décollé du sol et supportant tout le poids de la bâtisse. Quand le terrain bouge, l’ensemble du traîneau géant réagit, sans mettre en danger la structure habitable (Photo ci-dessous).

Permafrost, Construction sur châssis rigide
Construction sur châssis rigide

- La solution vérins est également utilisée,

- Ou plus simplement on peut avoir recours a des cales, avec intervention quasi annuelle de remise à l’horizontalité, pour les petits projets.


Certaines Techniques donnent des résultats parfois surprenants !


Permafrost et ses surprises, techniques de construction
Aléas du Permafrost : la Maison Chenille

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout